Wenger : "Alexis est comme Zidane, Beckham ou Messi pour le Chili"

L'entraîneur d'Arsenal doute de la force mentale de son joueur qui, selon lui, a porté sur ses épaules les espoirs du Chili.

Alexis Sanchez ne disputera pas le Mondial 2018 cet été avec le Chili. Après la défaite de sa sélection contre le Brésil (3-0), le joueur pourrait être en proie à des doutes et son entraîneur à Arsenal, Arsène Wenger, estime qu'il va être compliqué de surmonter cette grande déception. 

Monaco - Y a-t-il un malaise avec Youri Tielemans ?​

"Je dirais que vous avez dans chaque génération un joueur qui porte la pression de l'attente d'une nation. En France c'était Zidane. En Angleterre, c'était Beckham. Au Chili, c'est Sanchez, en Argentine, bien sûr, c'est Messi, on dirait qu'il y a quelqu'un dans une équipe nationale qui doit supporter la pression et l'absorber pour protéger le reste de l'équipe", a commenté le technicien d'Arsenal en conférence de presse.

Wenger a dit qu'il était incertain que Sanchez soit prêt à faire face à Watford, en questionnant son état mental. "Il est aussi dans un esprit très difficile. Le Chili vient de remporter la Copa America deux fois et maintenant ils ne vont même pas à la Coupe du Monde. Sanchez a 29 ans à la fin de l'année, alors le prochain (Mondial, ndlr) il aura 33 ans. Il va certainement y aller. C'est certainement une grande déception pour lui. Mais je crois que jouer au plus haut niveau aussi, c'est connaître ce genre de déception."

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages