Wenger : "Un retour sur le banc ? Trop de responsabilités à la FIFA"

Goal.com

Cela fait un peu plus de deux ans qu’Arsène Wenger a abandonné ses fonctions à la tête d’Arsenal. Depuis, l’expérimenté technicien n’a plus coaché, préférant se consacrer à d’autres missions. Comme celle qui lui a été confiée par la FIFA en tant que directeur du Développement du football mondial au sein de l’institution.

Wenger n'ose "pas imaginer une saison entière sans supporters"

Pourrait-il replonger dans sa première passion dans le futur alors qu’il a dépassé les 70 ans en octobre dernier ? La question lui a été posée ce samedi lors d’une interview sur BeIn Sports. S’il n’a pas exclu l’option, l’Alsacien a laissé entendre que celle-ci était fortement hypothétique : «En ce moment, je me consacre à mon travail à la FIFA. La FIFA a la responsabilité de 211 fédérations et le gros problème est d’être efficace. Je ne dis que je ne suis pas en manque de compétition, mais j’essaye d’être efficace dans ce domaine. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À défaut d’y revenir comme entraineur, Wenger pourrait retourner à l’Emirates Stadium en tant que simple spectateur. Toutefois, là aussi, cela ne fait pas partie de ses intentions : « Je me suis toujours dit que quitte à partir, autant le faire totalement. C’est la décision que j’ai prise». Tout en écartant un come-back dans son ancienne maison, il a tout de même souligné l’énorme fierté qu’il a eu de coacher l’équipe londonienne. Quand on lui a fait remarquer qu’une statue de lui était en préparation à Londres, il a rétorqué humblement : « J’ai managé ce club pendant 1235 matches, j’y ai vécu de bons et de mauvais moments, et on a essayé de défendre les valeurs qui sont propres au club. Et je pense qu’on y est parvenus. »

 « Au moins, avec le huis clos la décision se fait sur le terrain »

Questionné ensuite sur les contours de son travail actuel, Wenger a apporté des précisions et évoquer les domaines auxquels il se consacre en priorité : « Le football en lui-même passe par les améliorations des règles du jeu. En ce moment, on fait des études approfondies, notamment sur le hors-jeu. Mais on tente surtout d’améliorer la formation des jeunes. Autant en Europe, il y a une bonne structure pour la formation autant ailleurs ce n’est pas le cas. C’est pour ça que l’écart s’accentue. »

L’ancien manager des Gunners a donné par ailleurs son avis sur la reprise de la compétition en Bundesliga. Il a tenu notamment a salué « le courage » des Allemands : « Le football sans les supporters ? C’est vrai n’est pas ce que l’on recherche, mais ça y ressemble. C’est quand même ce qu’il y a de plus juste (vu le contexte). Au moins, la décision se fait sur le terrain. En fin de compte, c’est un résultat sportif. Les Allemands ont été très bons et très courageux, il faut le reconnaitre. C’est une promotion énorme pour leur football aujourd’hui. »

 

À lire aussi