Wightman, Dos Santos, Patterson... Ce qu'il faut retenir de la nuit de mardi à mercredi à Eugene

Jake Wightman (1 500 m), Alison dos Santos (400 m haies) et Eleanor Patterson (hauteur) sont devenus champions du monde mardi. (L'Equipe/Reuters)

Le Britannique Jake Wightman a surpris tout le monde en remportant la finale du 1500 m mardi. Le Brésilien Alison dos Santos a gagné un 400 m haies de folie (Wilfried Happio 4e) et Eleanor Patterson est devenue la première Australienne championne du monde du saut en hauteur.

Chaque soirée dans ces Mondiaux réserve des surprises et la session de mardi n'a pas échappé à ce constat. Dans un 1 500 m parti sur des bases très rapides, le Britannique Jake Wightman s'est imposé au sprint devant le champion olympique en titre, le Norvégien Jakob Ingebrigtsen. Ce dernier a pris les devants à 800 m de la ligne, imprimant un rythme très soutenu. Mais à 200 m de la ligne, Wightman a attaqué, avant de réussir à passer dans le virage et à résister dans la dernière ligne droite pour s'imposer en 3'29''23 devant Ingebrigtsen (3'29''47) et l'Espagnol Mohamed Katir (3'29''90).

lire aussi

Le Brésilien Alison dos Santos remporte le 400 m haies aux Mondiaux d'Eugene, Wilfried Happio 4e

Si la forme et le potentiel du Brésilien Alison dos Santos n'étaient pas un secret, il fallait encore battre chez lui le vice-champion olympique Rai Benjamin, en finale du 400 m haies. Dans une course folle, Dos Santos s'est imposé en 46''29, devant les Américains Benjamin (46''89) et Trevor Bassitt (47''39). Le Français Wilfried Happio a terminé 4e, à deux centièmes du podium en 47''41. Le recordman du monde norvégien Karsten Warholm, parti à la faute en fin de course avant d'exploser, a pris la 7e place (48''42).

Patterson renverse Magoutchik au saut en hauteur

Quelques minutes avant ces grands moments d'athlétisme, la finale du saut en hauteur avait aussi connu un dénouement Inattendu. L'Ukrainienne Yaroslava Magoutchik, qui s'avançait en grande favorite avec 2,03 m réalisés fin juin, a dû s'incliner devant l'Australienne Eleanor Patterson. Les deux sauteuses ont franchi 2,02 m, mais Patterson, vice-championne du monde en salle cet hiver, n'a eu besoin que d'une tentative, contre deux pour l'Ukrainienne de 20 ans.

Cinquième des JO l'an passé, elle égale le record d'Océanie de sa compatriote Nicola Olyslagers (née McDermott), vice-championne olympique et 5e du concours avec 1,96 m. Patterson est la première Australienne à être sacrée à la hauteur aux Mondiaux.

Ceh, nouveau patron du disque

Au disque, le jeune Mykolas Alekna, fils du double champion olympique et du monde Virgilijus Alekna, s'est bien amusé à titiller le Slovène Kristjan Ceh. À seulement 19 ans, le Lituanien a été à son niveau avec 69,27 m, tout près de son record personnel, et s'est hissé sur son premier podium mondial, un an après sa victoire chez les juniors.

Mais c'est bien Ceh qui, avec un nouveau record des Championnats (71,13 m), a pris sa revanche sur les JO de Tokyo, où il avait terminé seulement 5e. L'autre Lituanien de la finale, Andrius Gudzius, complète le podium avec 67,55m. Le Suédois Daniel Stahl, champion olympique, a terminé 4e avec 67,10 m.

Jackson et Lyles impressionnent sur 200 m, pas de finale pour Kerley

En demi-finales du 200 m femmes, d'un niveau extrêmement élevé, la Jamaïquaine Shericka Jackson a été très impressionnante et profité des conditions parfaites (temps chaud, vent très favorable) en remportant sa course en 21''67 (+ 2 m/s), 12e chrono de l'histoire, tout en relâchant son effort dans la dernière ligne droite ! Deuxième, la Nigérienne Aminatou Seyni (22''04) sera aussi en finale jeudi.

Dans la deuxième demi-finale, l'Américaine Tamara Clark a devancé la Britannique Dina Asher-Smith d'un centième en 21''95 (+ 1,4 m/s), laissant Elaine Thompson-Herah (21''97) à la troisième place, et donc à la merci d'une élimination en fonction de la rapidité de la troisième demi-finale.

lire aussi

Les résultats du 200 m femmes

Dans cette dernière course, si Shelly-Ann Fraser-Pryce a été très à l'aise (21''82, vent : - 0,1 m/s) devant l'Américaine Abby Steiner (22''15), c'est allé moins vite derrière (Favour Ofili, 3e en 22''30) si bien que Thompson-Herah ainsi que la Suissesse Mujinga Kambundji (3e de la première demi-finale avec un record national en 22''05) ont obtenu au temps leur ticket pour la finale. Y verra-t-on un nouveau triplé jamaïquain ? Voire un record du monde, tant Jackson semble voler sur la distance actuellement ?

Les demi-finales du 200 m hommes ont débuté par une surprise, relative après sa débauche d'énergie pour remporter le 100 m quelques jours plus tôt : Fred Kerley n'a pris que la 6e place de sa course (20''68), incapable de tenir le rythme dès la sortie de virage en raison de crampes aux ischio-jambiers droits. Le jeune Dominicain Alexander Ogando (22 ans) s'est imposé en 19''91 (-0,1 m/s), nouveau record national, devant le Libérien Joseph Fahnbulleh (19''92), bien connu sur le circuit NCAA, où ce formidable finisseur qui a aussi la nationalité américaine, évolue sous les couleurs des Gators de l'Université de Floride.

lire aussi

Les résultats du 200 m hommes

Le champion du monde de Doha en 2019, Noah Lyles, a ensuite envoyé un message en vue de la finale : il faudra aller être fort pour lui ravir son titre. Vainqueur de sa demi-finale en 19''62 (+ 1,1 m/s) devant son compatriote Kenneth Bednarek (19''84), le Floridien a ensuite pu étudier de près le comportement de l'Américain Erriyon Knighton dans la troisième demi-finale.

Le prodige de 18 ans dégage toujours une grande facilité dans le virage et s'est imposé en 19''77 (+ 0,3 m/s), avec plus de 30 centièmes de marge sur le Canadien Aaron Brown (20''10). Les deux qualifiés au temps pour la finale de jeudi sont le Trinidadien Jereem Richards (19''86, 3e de la 2e demi-finale) et le Sud-Africain Luxolo Adams (20''09, 4e de la 2e demi-finale).

Les vedettes du 400 m haies au rendez-vous

Les favorites du 400m haies se sont baladées en séries, Femke Bol en tête (53"90). La Néerlandaise était ravie d'avoir hérité du couloir 8, qui lui a permis de « sentir la piste, pour savoir ce qu'on a besoin de faire ». Ce n'était pas le cas de la recordwoman du monde américaine Sydney McLaughlin : « le couloir 8 n'était pas idéal, mais je devais seulement faire ce que j'avais à faire », à savoir dérouler, et finir en 53"95. La championne du monde en titre Dalilah Muhammad (54"45) sera aussi au rendez-vous des demi-finales, prévues dans la nuit de mercredi à jeudi, à 3h15, heure française.

lire aussi

Toute l'actu des Mondiaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles