Williams affirme avoir réussi tous ses crash-tests

Fabien Gaillard

En 2019, Williams a très mal démarré l'année en échouant à finaliser sa voiture à temps pour pouvoir participer aux premiers jours des essais hivernaux de Barcelone. Une fois en piste, elle s'est avérée lente et le manque de pièces de rechange a été un problème tout au long de la saison. Ce nouvel échec, intervenant après une saison 2018 décevante, a précipité une série de changements au sein de l'écurie, le plus notable étant le départ du directeur technique Paddy Lowe, qui a ouvert la voie à une restructuration et à une révision des procédures.

Williams assure ressentir les premiers effets de ces changements et être en passe d'atteindre les "objectifs difficiles" fixés pour la conception de la F1 version 2020, assurant par ailleurs qu'il n'y aura cette fois pas de retard à l'allumage. Ainsi, s'exprimant à Tel Aviv ce mercredi dans le cadre de l'annonce de Roy Nissany comme pilote d'essais, la directrice adjointe Claire Williams a fait part de son optimisme concernant l'état de la structure.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Nissany roulera en essais libres avec Williams

"Nous nous sommes fixé des objectifs vraiment difficiles pendant l'hiver, concernant l'aéro en particulier, concernant la recherche de performance, et puis sur certains problèmes mécaniques également", a-t-elle déclaré. "Et tout cela se passe bien. Évidemment, l'objectif clé est que la voiture soit à ces essais à temps, et au moment où les feux passeront au vert, si ce n'est avant. Et j'ai une confiance absolue que cela arrivera.”

Et parmi les éléments alimentant la confiance de Williams, sa réussite aux crash-tests figure en bonne place. "Nous nous sommes donné beaucoup de temps pour nous assurer que, si quelque chose tourne mal, nous soyons en sécurité et que nous ayons une certaine couverture. L'un des premiers signes de succès pour nous est que nous avons réussi tous nos crash-tests, et la plupart d'entre eux du premier coup, alors que l'année dernière nous avons échoué à plusieurs d'entre eux, même à la sixième tentative. Ces [échecs] ont évidemment mis encore plus de pression sur le système parce que vous devez alors composer avec des crash-tests plutôt que de vous soucier de sortir la voiture. Donc ça a été une bonne avancée pour nous pendant l'hiver."

Lire aussi :

La nouvelle Haas a passé les crash-tests avec succès

En dépit de cette confiance affichée, Williams préfère tout de même rester prudente quant aux opportunités de l'équipe lors de la campagne à venir. "Tout le monde sait la quantité de travail abattu en coulisses et c'est toujours frustrant pour moi que nous ne puissions pas inviter les gens et montrer à tous la transformation qui est en cours chez Williams. Mais ce que j'ai toujours dit, c'est qu'il va s'agir d'une aventure. Nous l'avons débuté l'an passé et nous avons commencé à voir les premières pousses, si vous voulez, dans la seconde partie d'année, quand nous avons progressivement réduit l'écart. Mais il y a de toute façon déjà tellement à faire durant une saison."

"En regardant la saison, en sachant ce que nous avons réussi à accomplir pendant l'hiver et la voiture que nous allons avoir, il est clair que tout cela est basé sur les chiffres et la corrélation aérodynamiques. Mais ça ne se transfère jamais à 100% sur la piste en F1, donc il va falloir attendre de voir jusqu'aux essais de février où nous en sommes. Mais nous devons faire des progrès. Je crois que ça va être le cas, mais à un niveau que nous ne pouvons pas encore définir, car nous ne savons pas ce que nos concurrents font."

Avec Jonathan Noble 

À lire aussi