Williams craint que la F1 perde "un grand nombre d'équipes"

Emmanuel Touzot
motorsport.com

La pandémie de COVID-19 qui sévit actuellement a mené au report ou à l'annulation des dix premières courses de la saison, et les équipes vont être durement touchées par des pertes de revenus. Les dirigeants de la F1 travaillent à un calendrier qu'ils espèrent long de 15 à 18 courses reprenant en Autriche début juillet, et Liberty Media a commencé à faire des paiements d'avance aux équipes pour limiter leurs difficultés financières. Mais Claire Williams s'inquiète pour sa structure et pour ses rivaux si aucune course ne peut avoir lieu en 2020.

"C'est effrayant de penser que l'on puisse perdre non pas un ou deux teams, mais un grand nombre d'équipes si nous ne reprenons pas la compétition", a déclaré la directrice adjointe à Sky Sports F1. "Le modèle financier que nous avons dans notre sport fait que nous sommes tous dépendants de l'argent que nous recevons selon les résultats obtenus au classement des constructeurs. Si vous retirez ça et le couplez au fait que le sponsoring n'est pas au niveau qui devrait être le sien en F1 pour le moment, ni dans le sport en général, cela rend la mise en place d'un budget pour aller courir incroyablement difficile."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La F1 ne va pas "faire de cadeaux" aux équipes ou aux GP

Heureusement, ce scénario du pire ne semble pas amené à se produire puisque la F1 travaille activement à la mise en place d'un protocole strict permettant de disputer une ou plusieurs courses sur plusieurs circuits européens, de sorte à organiser une première partie de saison européenne entre juillet et septembre. Comprenant la difficulté que cela représente, mais aussi le double discours que ça engendre parfois entre inquiétudes financières et priorité sanitaire, Claire Williams ne veut toutefois pas que les acteurs du championnat soient mis en danger en lançant la saison.

"Il faut peser le besoin de retourner à la course de manière à assurer la survie de l'équipe face à la réalité essentielle d'assurer la sécurité de nos employés", poursuit-elle. "Pour moi, au final, mon personnel sera gagnant. J'espère que ça ne nous coûtera pas notre équipe, mais la sécurité de notre staff, que ce soit pour un retour à l'usine ou en voyageant, doit être une obligation absolue. Nous n'enverrons certainement pas des gens courir si ce n'est pas approprié. Je sais quel travail fait la F1, ils dépensent énormément de temps et d'énergie pour voir ce qu'ils peuvent faire afin de nous faire reprendre la course en toute sécurité. Ils vont s'assurer de mettre en place tous les protocoles de santé nécessaires et faire en sorte que nous fassions ce qu'il faut pour revenir sur les circuits."

À lire aussi