Williams explique la décision de recruter Nissany

Jonathan Noble

L'équipe serait son troisième pilote cette année et qu'il disputerait trois séances d'essais libres, conformément à l'accord passé entre le team de Grove et le pilote. Malgré des avantages commerciaux, puisque la monoplace de Williams portera le logo Israël Start-Up durant les week-ends où il courra, l'équipe assure que l'aspect financier n'était pas la raison principale à son recrutement.

S'adressant à plusieurs médias en Israël, Claire Williams a affirmé que cela n'aurait aucun sens pour une équipe dans sa position d'engager un pilote d'essais qui ne pourrait pas offrir les retours techniques nécessaires. Elle a assuré que la volonté de Nissany de se concentrer sur le travail de développement lors des essais d'Abu Dhabi, plutôt que de tenter des tours rapides, avait impressionné l'équipe, tout comme ses interactions avec les ingénieurs.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Williams affirme avoir réussi tous ses crash-tests

"Nous sommes une équipe qui cherche à revenir en forme et nous devons avoir des pilotes qui ont la capacité de comprendre ce qui se passe", a-t-elle déclaré. "Il n'y a aucun intérêt à mettre dans la voiture un pilote dont vous pensez qu'il n'est pas assez bon pour le travail, et particulièrement dans la position dans laquelle nous sommes. Clairement, nous n'allons prendre que des pilotes dont nous savons qu'ils pourront comprendre ce qui se passe sur la voiture, afin de pouvoir traduire cela et aider au développement, et Roy a prouvé cela quand il a fait les essais d'Abu Dhabi pour nous en fin de saison dernière."

Bien que Nissany ait été le plus lent des deux journées d'essais lors des tests en question, terminant à trois secondes de ses équipiers, Williams rappelle que les chronos n'étaient pas pertinents, compte tenu du programme qu'était le sien : "Il s'agissait d'évaluer des pièces, il ne s'agissait pas de faire des temps. Il lui fallait faire le travail qu'on lui demandait. Je pense que c'est à mettre à son crédit, car certains pilotes arrivent dans la voiture, n'ont jamais roulé dans une F1 avant et se disent 'parfait, c'est ma chance de montrer au monde ce que je peux faire'. Ils le font et ont un accident."

"Ce n'était pas le programme, donc les temps au tour ne devraient pas avoir d'intérêt, et n'en auront pas. Mais ce que j'ai vu, et ce que j'ai appris par nos ingénieurs, c'est qu'il était très appliqué. Il a passé du temps avec l'équipe. Il a fait du travail pour le team et a donné tout ce qu'il pouvait. Il était présent et a parlé aux gens. On ne devrait pas sous-estimer l'importance, dans une équipe dans notre situation, d'avoir ces pilotes que le reste de l'équipe regarde en se disant 'ils font des efforts, je vais en faire aussi'."

Nissany a déclaré qu'il n'avait pas hésité à se concentrer sur le travail qui lui avait été donné à Abu Dhabi, plutôt que d'aller chercher des chronos probants : "Bien sûr, tout pilote veut voir son nom aussi haut que possible sur les écrans, mais j'ai tenu à mettre mes souhaits de côté et à remettre les priorités dans le bon ordre, et je me suis concentré sur chaque partie de la tâche, chaque mission que l'équipe m'a donnée, sans penser à autre chose. Et sans penser à mon classement sur les écrans, car ça n'avait aucun sens, et le travail a été bien fait."

À lire aussi