Wimbledon : «Ce sont tous des charlatans»

Alors qu’elle n’a démarré que lundi, cette édition de Wimbledon fait déjà parler d’elle. Entre les cas de Covid et l’absence des Russes et des Biélorusses, l’organisation de la quinzaine londonienne est occupée. Eliminé dès le premier tour, Fabio Fognini a allumé le tournoi anglais, se plaignant de la non-attribution de points.

Ce tournoi de Wimbledon vient seulement de débuter qu’il a déjà des allures de fiasco. Quelques semaines après un Roland-Garros bien géré par Amélie Mauresmo, les organisateurs de la quinzaine anglaise savaient pertinemment qu’ils allaient être au pied des critiques en raison des décisions prises. Et comme si cela ne suffisait pas, Wimbledon vient d’être frappé par une épidémie de Covid. Candidat affiché au titre, Matteo Berrettini a été déclaré positif à quelques heures de son entrée en lice.

Wimbledon comme Roland-Garros ?

Une situation qu’ont connu certains joueurs à Roland-Garros… « Je ne veux pas sous-estimer l'effet Covid. Le Covid, maintenant, est entré dans les moeurs, il y a les vaccins etc. Si on repart dans des trucs, moi, je n'y vais pas ! À Roland, il y a eu une épidémie de Covid, personne n'en a parlé », a lâché Alizé Cornet, avant de préciser : « Dans les vestiaires, tout le monde l'a eu et on n'a rien dit. Quand ça sort dans la presse, sur des grands joueurs comme ça, ça va commencer à mettre le feu au lac partout et ça, ça m'inquiète un peu ». La joueuse française est claire, elle ne voulait pas se pénaliser : « Quand on voit que Krejcikova…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles