Wimbledon (H) - Roger Federer : « Une victoire référence » à Wimbledon face à Cameron Norrie

·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Roger Federer était très satisfait de son niveau de jeu et de son attitude lors de sa victoire contre Cameron Norrie (6-4, 6-4, 5-7, 6-4), samedi au troisième tour de Wimbledon. « Vous avez été très démonstratif après la balle de match contre Cameron Norrie. Était-ce du soulagement ?
J'ai su rester très calme durant toute la partie. J'ai peut-être réservé toute mon émotion pour la fin du match. Cette victoire signifie beaucoup pour moi. Je pense avoir joué un très bon match, à part peut-être ce jeu où Norrie m'a breaké un peu trop facilement. Ces quelques minutes ont été difficiles après avoir raté le break et perdu le set. Il a su me pousser, le mérite lui revient. Il fait une super saison, il a gagné beaucoup de matches. C'est une victoire référence. C'est très positif pour moi d'être capable de battre un joueur comme ça, en forme, qui a beaucoup de matches dans les jambes, devant son public. Je sais qui j'ai battu. lire aussi Federer en deuxième semaine « J'ai vraiment eu une excellente attitude. C'est une évolution positive par rapport aux dernières semaines » Vous avez dit avoir été chanceux contre Adrian Mannarino au premier tour. Êtes-vous plus satisfait de votre niveau à l'issue de cette première semaine ?
J'aurais quand même parié sur moi dans ce cinquième set (sourire). J'ai eu un peu de chance qu'il se blesse et que le match s'arrête. Depuis, j'ai trouvé mon rythme. Je n'ai pas toujours eu un timing parfait à la frappe, mais j'ai presque tout le temps essayé de jouer en avançant. Quand tu fais ça, comme je l'ai fait contre Gasquet, tu vas toujours rater de temps en temps. L'essentiel, c'est d'accepter ces quelques erreurs et d'avancer. Je l'ai très bien fait aujourd'hui (samedi). J'ai vraiment eu une excellente attitude. C'est une évolution positive par rapport aux dernières semaines. C'était peut-être l'une des premières fois où je me suis vraiment senti "en paix" sur le terrain, avec une forme de tranquillité dans ce que je faisais, où je voulais servir, comment je voulais gagner mes jeux de services, comment j'ai accueilli mes fautes et mes mauvais choix. Aux changements de côté, il n'y avait pas de pensées positives ni négatives, j'étais simplement assis et détendu. C'est comme ça que je veux être. C'est un signe très positif pour moi.
Vendredi, Andy Murray a évoqué ses doutes sur son avenir et sa capacité à pouvoir suffisamment s'entraîner pour être compétitif face aux meilleurs. Comprenez-vous son inquiétude ?
Je comprends totalement ce qu'il dit. Si tu dois faire des compromis tous les jours, si tu dois te reposer au lieu de t'entraîner, si tu ne peux t'entraîner qu'1h30 au lieu de 3 heures, si c'est ça quotidiennement, ça rend tout plus difficile. Au lieu de jouer 35 tournois, tu en joues 25, ou 15 ou moins. Il a eu une année difficile, il n'a pas beaucoup joué. Il y a des points d'interrogation, c'est sûr. Mais il peut être très, très fier de lui. Tous les joueurs admirent ce qu'il fait. Je lui souhaite le meilleur. Tout le monde souhaite qu'il continue à jouer. Le plus important, c'est qu'il soit heureux. Et pour ça, il faut être en bonne santé. » lire aussi Le tableau hommes de Wimbledon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles