Wolff : Tout a été fait pour arrêter Mercedes

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

Pour la septième saison consécutive, Mercedes va remporter les titres pilotes et constructeurs de la Formule 1. C'est du jamais vu dans l'Histoire de la discipline, la domination la plus proche étant celle de Ferrari entre 1999 et 2004, l'écurie italienne ayant à l'époque signé six titres constructeurs et cinq titres pilotes consécutifs.

Lire aussi :

La quête du succès "laisse des traces" chez Mercedes

Les réussites de Mercedes se sont matérialisées en dépit de changements réglementaires importants entre 2016 et 2017 puis entre 2018 et 2019 qui n'ont toutefois pas permis aux rivaux de l'écurie de s'en rapprocher suffisamment pour constituer des menaces sur le long terme. La saison 2022 va voir la mise en place d'une réglementation technique particulièrement ambitieuse qui aura pour objectif de revoir profondément les monoplaces afin de faciliter les dépassements et les luttes en piste, tout en favorisant un resserrement des performances.

Ces règles vont s'accompagner de nouveautés comme un plafond budgétaire ou encore une redistribution plus équitable des revenus commerciaux. Pour Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, l'équipe allemande va faire face à un vrai défi au-delà de 2021 et à l'ambition de la discipline de pouvoir mettre fin à la domination des Flèches d'Argent.

"L'an prochain, ce sera une année de transition avec les mêmes machines. Comme je l'ai dit auparavant, je m'attends à ce qu'Honda fasse un gros effort. Et ensuite, évidemment, ce grand défi de 2022 sera à notre porte. Ça va nous motiver."

"Tout a été fait pour nous arrêter. Nous allons tous nous battre à armes égales sur le plan financier et tout est plus ou moins plafonné. J'aimerais que nous continuions à être performants, même avec le changement de réglementation le plus important jamais survenu en F1."

Lire aussi :

La F1 dévoile son calendrier provisoire pour 2021

Sur le plan personnel, la situation de Wolff elle-même reste à clarifier car l'Autrichien est toujours en négociation avec Daimler sur son rôle précis à l'avenir mais également sur la suite à donner à la direction de l'équipe une fois qu'il n'occupera plus ce poste. S'il sera encore là l'an prochain, il souhaite une transition vers un nouveau rôle qui ne l'obligerait pas à assister à l'ensemble des courses.

"Ma situation est un petit peu différente", a-t-il déclaré pour Sky Sports, "car je suis copropriétaire de l'équipe avec Mercedes, donc je ne l'abandonnerai jamais car c'est ce que j'aime faire. Qu'y a-t-il de mieux que faire partie d'une équipe, d'un tel groupe de gens fantastiques ? Ce que j'ai dit, c'est que tout le monde a une durée de vie dans son rôle. Je ne suis pas arrivé au bout de la mienne, je peux encore contribuer. Mais je dois réfléchir à l'avenir. Je dois promouvoir quelqu'un, le faire progresser pour ce rôle, et c'est un défi fantastique pour moi, qui sera l'un des prochains chapitres. Vous allez encore me voir un moment."