Yamaha espère gagner en vitesse de pointe malgré le gel du développement

Vincent Lalanne-Sicaud
·3 min de lecture

Quelle approche Yamaha doit-elle adopter pour améliorer la M1 ? Depuis plusieurs semaines, , n'est "pas trop d'accord". Le Français préfère surtout se concentrer sur les faiblesses de sa moto, qui selon lui privent la marque japonaise de succès plus fréquents.

"Nos points forts, c'est vraiment d'aller vite quand on est seul et [les] qualifications", a rappelé Quartararo au MotorLand Aragón. "D'accord, c'est bien de faire des premières lignes, de faire des pole positions, mais il arrive un moment où les points, on les gagne en course. Énormément de personnes disent 'Ah, mais pourquoi ce n'était pas bien en course ?'. Il faut leur dire que ce sont des points négatifs, pas des points positifs. Donc je pense que c'est sur ces points qu'il faut travailler, pas sur les points sur lesquels on sait qu'on est rapide. Il faut arrêter de se focaliser uniquement sur nos points forts, mais aussi sur nos points faibles."

Pour le pilote du team SRT, l'approche de Viñales ne permettra pas de faire des progrès significatifs. "Si on améliore quelque chose qui est déjà vraiment, vraiment bon, au final, la marge est très faible", souligne-t-il. "Si on veut améliorer quelque chose qui n'est pas très bon, je pense qu'on a plus de marge par rapport aux autres." Et ces faiblesses sont connues : "On connaît nos points faibles, qui font perdre beaucoup de temps, faire des courses qui ne sont pas fantastiques, parce qu'on passe trop vite dessus pendant les essais. On doit surtout travailler sur les domaines qui posent problème."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

Aux yeux de Takahiro Sumi, les points forts de Yamaha ne suffisent plus à faire la différence face à une concurrence de plus en plus forte. Des progrès sont donc nécessaires sur tous les fronts, notamment dans les performances en ligne droite, faiblesse historique que le constructeur espère corriger malgré le gel imposé dans le développement de moteurs pour la saison 2021.

"Il faut que nous menions encore plus de développement qu'avant pour améliorer nos points forts", estime Sumi. "Malheureusement, la vitesse de passage et la maniabilité de la moto ne sont pas que le propre des Yamaha, nos adversaires ont beaucoup progressé sur ce point, particulièrement Suzuki, et nous devons donc fournir des efforts dans ce domaine. Nous ne baissons pas non plus les bras quant à une amélioration de la vitesse de pointe pour l'année prochaine. Même si les moteurs sont gelés pour l'année prochaine, le moteur n'est qu'un des éléments et nous pouvons trouver une autre façon de progresser pour l'année prochaine."

Lire aussi:

Le MotoGP face à la crise : les motos 2020 conservées pour 2021

Malgré l'obligation de conserver les châssis et les moteurs de la saison actuelle en 2021, Yamaha pense avoir la marge de manœuvre nécessaire pour progresser sur tous les fronts. "Nous sommes libres de développer et d'améliorer le châssis et les réglages", rappelle Sumi. "Nous ne sommes actuellement plus aussi forts en termes de maniabilité et de vitesse de passage, alors nous devons fournir encore plus d'efforts qu'avant."

Les points faibles peuvent aussi venir des pilotes. Sumi estime qu'il est nécessaire que Viñales soit performant quelles que soient les conditions, ce qui n'est pas toujours le cas actuellement, en concédant que Yamaha doit aussi lui fournir la moto pour que cela soit possible. "Maverick est généralement très rapide s'il est en confiance, à chaque fois, mais s'il en perd un peu, il n'arrive alors pas à piloter à son meilleur niveau. Nous essayons d'améliorer ses sensations, que le grip soit élevé ou faible. C'est crucial, car s'il se sent bien en permanence, il pourra être plus rapide. Nous devons donc faire en sorte d'être adaptés à toutes les situations et toutes les pistes."