Yamaha et Honda pas convaincus que leur moto 2019 était meilleure

Vincent Lalanne-Sicaud
·4 min de lecture

Yamaha et Honda ont-ils suivi une mauvaise route dans le développement ? Chez les deux constructeurs, le pilote le mieux placé au championnat 2020, de l'autre, était le seul à ne pas disposer de la machine de dernière génération. Il serait facile de conclure que les motos développées l'hiver dernier ont été moins efficaces et que les deux pilotes ont finalement été avantagés par leurs spécifications plus anciennes, mais plusieurs éléments viennent pondérer ce jugement.

Lin Jarvis rappelle que Morbidelli n'a pas toujours eu l'avantage cette année, a lui aussi fait triompher la moto la plus récente, une fois, sur le circuit de Misano.

"Au final, nous avons gagné sept courses cette année, dont quatre avec la nouvelle spec d'usine 2020, et Franco [utilisait] la spec 2020-A qui [était] différente", a expliqué le patron de Yamaha Motor Racing. "Statistiquement, un plus grand nombre de victoires a donc été obtenu avec la nouvelle moto. Cela dépend de la piste, des circonstances."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

L'absence de Márquez a pénalisé Honda

Honda a également eu du mal à tirer le meilleur de sa moto en 2020. La fracture au bras de , vainqueur du titre à six reprises au cours des sept saisons précédentes, l'a tenu éloigné des circuits et la marque n'a décroché aucun succès, ce qu'elle n'avait jamais connu depuis la création du HRC en 1982. S'il est impossible de garantir que Márquez aurait remporté un nouveau titre sans sa blessure, Alberto Puig sait que l'absence de son pilote phare fausse le bilan, même si la Honda affichait déjà un niveau inquiétant dans les tests qui ont précédé la saison.

"Dans notre cas, il n'est pas si facile d'opérer une évaluation claire, car notre pilote expérimenté n'a même pas pu faire une course avec notre moto", souligne le patron du team Repsol Honda. "Il est vrai que pendant la pré-saison nous avions eu des problèmes avec notre moto mais nous avions finalement réussi à les régler d'une manière ou d'une autre. Ça n'est pas très facile."

Lire aussi :

Sans Marc Márquez, Honda a touché le fond en 2020

Même si Honda assure avoir apporté les correctifs nécessaires, la RC16 a la réputation d'être taillée pour Márquez et les autres pilotes de la marque ont régulièrement exprimé leur difficulté à son guidon. Takaaki Nakagami a cependant a été régulièrement aux avant-postes avec la machine de 2019, avec notamment une première pole au GP de Teruel. Le pilote japonais a chuté en course, comme au GP de Valence, mais il a terminé toutes les autre courses de la saison parmi les 10 premiers.

Comme pour le cas Morbidelli chez Yamaha, Puig estime que Nakagami a profité d'une machine que Honda maîtrisait pendant qu', souvent plus en retrait, devaient faire un travail d'exploration qui n'a peut-être pas apporté les résultats escomptés, l'absence de Marc Márquez ayant là-aussi pu désavantager la marque. Le petit frère de ce dernier a cependant montré des signes de progrès en fin d'année, avec deux podiums.

"Nous avions Nakagami sur la moto de l'année dernière, et qui a beaucoup progressé et a fait une année fantastique. Nous avions Álex avec la moto de cette année, qui a peu à peu progressé. Parfois, quand on travaille beaucoup sur un package, on le connaît vraiment bien, et parfois c'est un compromis. Mais de notre point de vue, compte tenu de la situation cette année avec Marc, nous n'avons pas une compréhension claire à 100%, ou disons un feedback clair des performances de notre moto. Nous les comprenons globalement, car nous avons l'opinion d'Álex et de Cal, et bien sûr celle de Stefan qui est notre pilote d'essais, mais il serait difficile pour nous d'établir un constat clair à l'heure actuelle."

Tous les pilotes Honda seront dans une situation identique en 2021 puisque Nakagami bénéficiera de la machine la plus récente, comme tous les autres pilotes de la marque. Chez Yamaha, Morbidelli restera le seul avec la moto d'ancienne génération.

Avec Guillaume Navarro