Yanis Lenne après la victoire des Bleus face à l'Iran : « On a pris ce match au sérieux »

Contre l'Iran, Yanis Lenne a signé un impeccable 4 sur 4 aux tirs (Alex l'épatant Martin/L'Équipe)

L'ailier droit, Yanis Lenne, était satisfait que la France n'ait pas pris la faible Iran à la légère (victoire 29-41), ce vendredi, au Mondial.

« Comment avez-vous préparé ce match contre une équipe, l'Iran, d'un niveau moindre ?
On a respecté cette équipe dans la préparation du match. Leur 44 (Sadeghi) n'était pas là contre la Slovénie. Ils sentent bien le hand, on ne peut pas dire que c'est une mauvaise équipe même si forcément on leur est supérieur. Il y a des joueurs avec des qualités, c'est une équipe bien coachée (par le légendaire Veselin Vujovic), bien entraînée, ça se voit dans leur jeu. Donc on a pris ce match au sérieux.

lire aussi : La France écrase l'Iran

Même en connaissant le résultat de Espagne-Slovénie (31-26), joué avant votre match, qui vous assurait d'être en quart avant de jouer l'Iran pour la première fois de l'histoire ?
Oui. Passer d'un niveau plus bas à un top niveau international comme contre l'Espagne (dimanche à 21 heures), ça ne se fait pas dans un claquement de doigt. Je pense qu'en première période, on aurait pu mettre un peu plus d'intensité. Ce qu'il faut retenir en seconde période, c'est le plaisir de jouer ensemble. Il faut vraiment qu'on le garde constamment.


Le mot plaisir revient souvent dans cette équipe...
Oui parce qu'on est un groupe qui prend énormément de plaisir en dehors du terrain. Parfois ça fait un peu chier que ça ne se voit pas sur le terrain parce que ça doit être une force aussi. C'est bien beau de bien vivre en dehors mais il faut que ça nous serve aussi sur le terrain (rire). On le fait souvent à partir de la seconde période, on a un peu de mal au démarrage. Il faudrait qu'on arrive avoir cette bonne énergie dès le début parce que c'est une force cette cohésion.

lire aussi : Toute l'actualité du Mondial

Être qualifié pour les quarts de finale, c'est juste une étape pour aller plus loin ?
On a coché la case des quarts. Malgré tout, le match contre l'Espagne va être super important pour nous, pour vraiment monter le niveau et arriver au top niveau mondial. Parce qu'après en quart, c'est le genre de match où il peut tout se passer. Il faudra vraiment être au top du top en quart. On va jouer sans réfléchir et en pensant uniquement à nous.

Comment vivez-vous de jouer ce Mondial dans des grandes salles quasi vides ?
La première salle (Spodek à Katowice) ça allait encore surtout quand on jouait avant la Pologne (le 11 janvier en ouverture, 26-24). Là pour le coup ça fait un peu vide. Les Français donnent de la voix dans les tribunes, ça fait plaisir d'avoir du monde qui fait le déplacement pour nous supporter. On espère qu'à partir des quarts de finale, ce sera un peu plus chaud. »