Yannick Cahuzac : "Je n'ai jamais voulu faire mal à qui que ce soit"

SO FOOT
So Foot

À 14h30, l'écran plat de Yannick Cahuzac diffuse un épisode d'Hercule Poirot à une famille de peluches calée sur un long canapé sombre. Le numéro 18 du RC Lens offre du saucisson corse rincé par des cafés et une Desperados. Lui reste au jus de raisin, disciplinant son chien et son chat, qui traînent entre le salon et la cuisine. Le réfrigérateur est tapissé de dessins d'enfants maintenus par des magnets : l'un d'eux représente le milieu défensif, les bras levés, avec le slogan "Forza Cahu". Un autre est à l'effigie de Gilles Cioni, qui a repris son brassard de capitaine à Bastia. En 2017, lors de la rétrogradation du Sporting en National 3, la Corse a perdu plus qu'une équipe de football professionnelle. Petit-fils du coach culte qui porta le club en finale de C3 en 1978, "Cahu" a lui perdu une maison, qu'il avait rejoint à quinze ans. Expression sur le terrain du foot à la Bastiaise, il tombait de son piédestal pour devenir…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi