Yoan Tanga, numéro 8 des Bleus : « La Coupe du monde, un objectif »

Yoan Tanga ambitionne de disputer la Coupe du monde en France en 2023. (Alain Mounic/L'Équipe)

Auteur d'une bonne prestation lors du premier test face au Japon, le numéro 8 de l'équipe de France Yoan Tanga devrait enchaîner par une deuxième titularisation, samedi (7h50 heure française). De quoi nourrir ses ambitions.

« Quelles impressions gardez-vous de votre première sélection, que ce soit sur le plan des émotions ou de votre niveau de jeu ?
Je suis très content d'avoir pu honorer ma première cape. Au niveau émotionnel, une première sélection, c'est toujours un peu compliqué à gérer dans le sens où on ne joue pas que pour soi, on joue aussi pour ses amis d'enfance, sa famille, et pour la France. Au niveau rugby, je suis assez content de ma performance, même s'il y a toujours deux-trois trucs à régler, deux-trois détails à corriger.

lire aussi

Face au Japon, Yoan Tanga a marqué des points chez les Bleus

Quels sont les leviers de motivation que l'on trouve quand on s'apprête à affronter une équipe à laquelle on vient de passer 40 points ?
Il faut continuer à préparer du mieux possible le match. Ça reste un test match international, ce sera peut-être notre deuxième (à lui et Thomas Jolmes, présent en conférence de presse avec lui). On ne peut pas se dire qu'on a gagné le premier facilement, on le prépare donc du mieux possible. Même si les Japonais risquent de changer quelques joueurs, on s'attend au même système de jeu.

Pouvez-vous nous parler de Max Spring, votre partenaire au Racing 92, qui pourrait débuter à l'arrière ?
En dehors du terrain, c'est un bon petit (sourire), un bon gars, il est gentil. Sur le terrain, c'est un super joueur, qui a des qualités exceptionnelles. Il est fort sur les basiques de son poste, sur les ballons hauts, sur le jeu au pied. Il aime relancer, il sent le rugby.

lire aussi

Analyse du jeu de Damian Penaud, l'ailier prolifique du quinze de France

Est-ce que participer à cette tournée augmente votre ambition personnelle de disputer la Coupe du monde 2023 ?
Oui, la Coupe du monde est un objectif pour moi comme pour tous les joueurs français qui sont suivis par les coaches, je pense. Mais avant cela, il faut déjà finir cette tournée, il y en aura une autre en novembre, une saison de Top 14, il y a encore plein de choses... Il faut se concentrer sur ce qui va arriver à court terme et voilà. »

Thomas Jolmes : « Le Lion ? ça me va ! »

« On me surnomme le « Lion » ici ? ça me va parce que c'est le roi de la savane ! Pour samedi, on attend de voir les conditions climatiques mais déjà, s'il fait moins chaud, ce sera un pur bonheur pour nous (sourire). Quant à la pluie, on n'est pas des joueurs de handball ou de volley, on peut jouer sous la pluie, il n'y a pas de problème même si ça changera peut-être des choses au niveau de la stratégie.

Au vu de la première mi-temps (du premier test), il y a quelques axes sur lesquels travailler, notamment au niveau du replacement défensif, j'ai été le premier à faire des erreurs. J'étais parfois un peu dans le dur, j'ai eu tendance à lâcher des connexions défensives, c'est sur ce point précis qu'il faut que je travaille. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles