Youssouf Fofana : « Je sens Kylian Mbappé très calme » avant Angleterre-France

Youssouf Fofana : « Je sens Kylian Mbappé très calme » avant Angleterre-France

Youssouf Fofana, le milieu des Bleus, explique l'état d'esprit de la star française à deux jours du quart de finale contre l'Angleterre.

Comment sentez-vous le groupe à deux jours du quart de finale contre l'Angleterre, ce samedi ?

Je le sens comme depuis le début de la compétition : déterminé à l'approche des matches tout en faisant la part de choses, tout en gardant ce côté insouciant. Mais toujours prêt à préparer le match et à jouer.

lire aussi : Toute l'actualité des Bleus

Comment percez-vous l'historique rivalité franco-anglaise ?
C'est une rivalité géographique, c'est un peu nos voisins. C'est une belle équipe, ils ont des individualités incroyables. On les voit sans cesse progresser, ce sera un beau match à jouer.

Kyle Walker est longuement revenu mercredi sur son duel avec Kylian Mbappé. Il a indiqué savoir comme le gérer : est-ce qu'il n'a pas trop parlé ?
C'est tout à son honneur s'il sait comment stopper Kylian, en attendant, il y a 19 équipes qui attendent encore la solution en L 1. Et d'autres en Ligue des champions (rires). On a tous confiance en lui.

Quel regard portez-vous sur le milieu anglais Jude Bellingham ?
Je le regarde souvent, c'est un milieu qui progresse depuis le début de saison. Il a passé un cap dans ce club. Il y aura un beau duel avec un jeune qui a passé le cap aussi (il fait référence à Aurélien Tchouaméni).

lire aussi : Le groupe au complet à deux jours du quart de finale

Qu'est-ce que vous avez à répondre à ceux qui estiment que l'équipe de France a un banc plus faible que les Anglais ?
Je réponds qu'ils ont droit de donner leur avis (rires). Ce sera à nous de prouver le contraire.

Comment jugez-vous l'état d'esprit de Kylian Mbappé ?
Kylian, c'est une personne qui ne regarde pas la presse, désolé pour vous (rires). Il se concentre sur son match, sur ce qu'il doit faire, sur ce que doit faire l'équipe. Je le sens très calme et très déterminé.

lire aussi : Upamecano : « On va préparer un plan contre l'Angleterre »

Parlez-nous de l'atmosphère du vestiaire avant la rencontre.
Il y a un peu de musique oui. On a droit à nos casques. Il y a la salle d'activation ou on se retrouve 30- 40 minutes avant de sortir sur la pelouse. Certains ont besoin de pédaler, d'autres de toucher le ballon.

Comment jugez-vous le soutien des supporters français au Qatar ?
Je ne m'attendais pas à autant de supporters français, on les entend bien. On a besoin d'eux à certains moments, on les entend, c'est super bien. Sans manquer de respect à mon club, je joue dans un club ou il n'y a pas beaucoup de supporters, ça ne dérange personne. S'il y en a pas assez pour vous, ce n'est pas une excuse.

Comment jugez-vous le milieu des Bleus ?
C'est un milieu très solide. En trois joueurs, il y a tout qui est regroupé, il y a le joueur qui peut prendre la profondeur, le joueur qui peut solliciter dans les pieds, le joueur qui peut faire jouer les autres. On a vraiment tout, c'est un milieu complet.

Vous n'avez plus marqué sur coups de pied arrêtés depuis fin mars. Pourquoi ?
On ne travaille pas mal les coups de pied arrêtés. On tombe sur des équipes qui sont pas mal non plus. On a des snipers en frappeurs. On a des joueurs de tête avec de la taille ou des joueurs comme Jules (Koundé) qui ont un super timing. Il nous manque juste ce facteur chance.

Comment s'organise la vie de groupe entre les plus anciens et les plus jeunes ?
Les plus expérimentés nous laissent une liberté d'expression. Ils ne sont pas sur notre dos 24/24, ça suscite le respect. Du coup, quand ils nous disent A, tout le monde fait A. Et puis si un jeune fait B, ils lui disent la prochaine fois, tu fais A. Il ne va pas l'engueuler tout de suite.

Aurélien Tchouaméni a un rôle plus restrictif en Bleus qu'au Real Madrid : comment jugez-vous son tournoi ?
On joue dans un football spectacle. Quand un joueur ne fait pas quelque chose de spectaculaire, il donne l'impression d'être juste là sur le terrain. Mais Aurélien fait un travail de l'ombre exceptionnel. Il court vraiment beaucoup. Ça permet aux deux autres milieux (Rabiot et Griezmann) de se projeter sans se poser de questions. Je trouve que son travail n'est pas assez mis en valeur. Depuis le début de la compétition, il est très constant.