Yvan Bourgnon condamné dans une affaire de droits d'auteur

Yvan Bourgnon est condamné dans un conflit l'opposant au coréalisateur du film relatant sa traversée du grand nord canadien. (J. Prévost/L'Équipe)

Le navigateur-aventurier a été condamné autour d'un conflit portant sur l'utilisation et l'exploitation des images de sa traversée controversée du grand-nord canadien.

Le tribunal judiciaire de Paris a condamné l'aventurier-navigateur Yvan Bourgnon (solidairement avec sa société Sarl Yvent et son association Sea Cleaners) à payer 17 000 euros de dommages et intérêts et de frais de justice, dans le cadre d'un conflit autour des droits d'auteur d'un film qui l'oppose principalement au réalisateur Pierre Guyot.

Les deux hommes avaient convenu de réaliser un documentaire autour de la traversée du passage du nord-ouest en catamaran de sport (au nord du Canada) en 2017, mais s'étaient fâchés avant son terme, le film étant finalement bouclé par une nouvelle réalisatrice. Yvan Bourgnon avait néanmoins exploité ce film en version DVD sans mention de la qualité de coréalisateur de Pierre Guyot.

L'audience, en septembre, avait aussi révélé les approximations narratives prises par Yvan Bourgnon dans le récit de son aventure et qui avaient aussi participé à la rupture avec le réalisateur. Mais le tribunal de Paris n'était pas appelé à statuer sur la véracité du récit narré dans un livre puis dans un film.

lire aussi : Yvan Bourgnon s'explique sur les accusations de tricherie

« La parution de contre-vérités, communique Yvan Bourgnon, n'est que le résultat d'une opération de communication orchestrée de toutes pièces visant à me discréditer ainsi qu'à remettre en cause mon image et ma probité. » Si la majeure partie du parcours dans le grand nord d'Yvan Bourgnon, deux mois et 7500 km n'est pas à remettre en cause, il demeure qu'une skipper affirme toujours qu'elle a en partie remorqué le catamaran de l'aventurier, et que son périple, longtemps présenté comme sans escale, avait été ponctué d'un arrêt buffet et hôtelier de quelques jours.

« Tout cela ne sera jamais de nature à me détourner de mes projets ni de mon combat, celui de la dépollution des océans » conclut le cadet de Bourgnon. Via l'association Sea Cleaners, il a déjà levé plusieurs millions d'euros avec l'objectif de construire des bateaux géants censés récolter le plastique qui souille les mers.

Yvan Bourgnon pourrait faire appel du jugement.

lire aussi : Toute l'actualité de la voile