«Zéro Covid» : la censure communiste règne sur les réseaux sociaux chinois... et américains

© Koki Kataoka / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun via AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Xi Jinping, démission !" La phrase est prononcée par des centaines de manifestants à Shanghai ce week-end . Tous manifestent contre la politique chinoise du "zéro Covid", adoptée depuis bientôt trois ans dans l'empire du Milieu. Et ils ne sont pas les seuls à ne plus supporter les mesures drastiques imposées par le Parti communiste chinois.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Inonder Twitter de fausses informations

À Pékin, des étudiants ont également manifesté pour dénoncer la gestion de l'épidémie et la censure qui règne sur les réseaux sociaux. Des revendications bien trop audibles pour le gouvernement chinois qui a décidé de vite passer à l'attaque . Désormais, la police du net fait le ménage et efface tout contenu faisant allusion aux manifestations.

Alors c'est sur Twitter, une application pourtant interdite en Chine, que les manifestants publient les photos et les vidéos des rassemblements. Mais c'est oublier l'ingéniosité de la censure chinoise qui, pour contrôler les contenus des manifestants, fait appel cette fois à des robots. Ces derniers inondent le réseau américain de fausses informations, y compris des images pornographiques, associées au hashtag #Chine ou #Pékin.

Le dilemme d'Elon Musk

"Twitter a toujours été confronté à la difficulté de contrôler les campagnes d'information, la propagande officielle et les campagnes de fausses informations qui viennent de Chine", explique la journaliste du Wall Street Journal, Liza Lin. "Et maintenan...


Lire la suite sur Europe1