Pour Zarco, la Ducati a le potentiel pour le podium pratiquement partout

Léna Buffa
·4 min de lecture

Aux deux victoires décrochées par Ducati à ce stade de la saison font écho d'autres courses où les machines italiennes ont dû se contenter des accessits, ne parvenant pas à figurer parfois plus haut que la septième ou la huitième position à l'arrivée des courses. Ces oscillations ont traduit des performances faites de hauts et de bas, régulièrement plombées pas un niveau trop faible affiché sur certaines pistes.

Difficile pour les pilotes concernés de mettre des mots sur cette irrégularité. "Je pense que si on pouvait l'expliquer, on serait plus réguliers", note . Bien que disposant d'une machine plus ancienne que celles des pilotes officiels, le Français a lui aussi connu le très haut niveau, notamment à Brno avec sa pole et son podium, et le bas, comme au Red Bull Ring et à Misano, où sa moisson de points l'avait laissé sur sa faim.

Lire aussi :

Pas de pression pour Zarco même si le top 10 du championnat s'éloigne

Le pilote Avintia se trouve toutefois dans une situation un peu à part, lui qui a cherché à exploiter chaque roulage de cette saison pour prendre ses marques sur la machine de Borgo Panigale et peu à peu préparer 2021. "En ce qui me concerne, je sens toujours un énorme potentiel sur la Ducati, mais peut-être qu'il n'est pas facile à contrôler tout le temps", tente-t-il d'expliquer. "On sait que la moto peut être très rapide, et le travail maintenant est peut-être juste de comprendre quoi faire en tant que pilote à des moments clés pour exploiter ce potentiel. Si on arrive à contrôler cela en tant que pilote et que l'équipe aussi peut nous aider, ce sera la combinaison parfaite. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Je pense en tout cas que la moto a le potentiel pour monter sur le podium à pratiquement toutes les courses, mais on ne touche pas encore à chaque fois les bonnes choses."

"Dovi pense que cette irrégularité vient du pneu arrière, car on n'arrive pas encore à bien le gérer", poursuit Johann Zarco, tout en admettant ne pas disposer d'assez d'éléments au guidon de sa GP19 pour confirmer la théorie d'Andrea Dovizioso ou la démentir, et notamment concernant les difficultés rencontrées spécifiquement lorsque les freinages s'opèrent avec une moto droite et non inclinée. "C'est possible", concède-t-il. "Dovizioso est celui qui connaît le mieux la moto, plus que quiconque, et il est très précis dans ce qu'il dit. Alors je pense qu'il a raison, mais ça n'était clairement pas mon problème en Aragón."

"Je suis toujours en train de découvrir la moto, j'essaye de m'adapter aussi bien que possible. En Aragón, ce qui nous manquait c'était juste un grip général à l'arrière. On peut l'avoir, mais quand on l'a, notre moto ne tourne peut-être pas assez lorsque l'on est sur l'accélérateur, à la fin. Ça ne nous permet pas d'être aussi forts que la Suzuki à l'heure actuelle, et même la Honda était très forte en Aragón dans ce domaine. C'est là qu'il faut qu'on utilise mieux le nouveau pneu, je pense."

Podium et victoire possibles à Valence

Dans ce contexte d'une situation pouvant fortement varier d'une piste à l'autre, le MotoGP se confronte une nouvelle fois à une double épreuve, cette fois à Valence, une piste sur laquelle Andrea Dovizioso s'est imposé sous la pluie il y a deux ans mais qui a plutôt favorisé les Honda et les Yamaha sur le sec.

"Je ne me soucie pas vraiment de savoir si la piste est meilleure pour la Ducati ou pas", souligne toutefois Zarco, prêt à repartir du bon pied sans se laisser perturber par une approche inutilement défaitiste. "Je pense qu'il est possible de faire de très bonnes choses ici. Le week-end général de Jack [Miller] l'année dernière avait été très bon, alors ça me donne vraiment une bonne motivation pour rééditer la même chose si c'est possible."

Le pilote français aborde ce nouveau week-end fort d'une bonne énergie, grâce au travail bénéfique réalisé à Alcañiz et à une petite pause régénératrice dont il a pu profiter à la maison ces derniers jours. Il observe à présent la météo, possible trouble-fête ce week-end... "Clairement, s'il pleut pratiquement tout le week-end, ce sera un travail différent, mais dans ce cas on pourrait vraiment se battre pour la victoire ou le podium", pressent-il. "Mais s'il pleut toute la journée de samedi et que dimanche est la seule journée sur le sec, alors il faudra s'adapter aussi vite que possible. Je ne peux donc rien prévoir, il faut voir."