Zverev, le sixième abandon de l'ère Open en demi-finales d'un Grand Chelem

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Zverev n'est pas le seul à avoir abandonné en demi-finale d'un Grand Chelem. (N. Luttiau/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avant que la cheville droite d'Alexander Zverev ne lâche, vendredi, ouvrant la voie de la finale à Rafael Nadal, seuls cinq joueurs, depuis le début de l'ère Open en 1968, avaient connu la mésaventure d'un abandon en demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem.

En 1990, Stefan Edberg, touché aux abdominaux, avait été contraint à l'abandon contre Ivan Lendl en pleine finale de l'Open d'Australie (4-6, 7-6, 5-2, ab.). C'est la seule fois de l'ère Open, qui a démarré en 1968, qu'un vainqueur masculin n'a pas eu à remporter la balle de match lui offrant le trophée. En revanche, en demi-finales, l'Allemand Alexander Zverev n'est pas devenu vendredi le premier à devoir jeter l'éponge. Cinq joueurs avant lui avaient été contraints à l'abandon au même stade de la compétition.

Les cinq prédécesseurs

1995, Open d'Australie : Agassi (USA) b. Krickstein (USA) 6-4, 6-4, 3-0 ab. (cuisse droite)
2006, Roland-Garros : Federer (SUI) b. Nalbandian (ARG) 3-6, 6-4, 5-2, ab. (abdominaux)
2007, Wimbledon : Nadal (ESP) b. Djokovic (SER) 6-1, 4-1, ab. (pied gauche)
2018, Open d'Australie : Federer (SUI) b. Chung Hyeon (CDS) 6-1, 5-2, ab. (ampoule au pied gauche)
2018, US Open : Del Potro (ARG) b. Nadal (ESP) 7-6 (3), 6-2, ab. (genou droit)

lire aussi

Le calvaire d'Alexander Zverev, blessé à une cheville en demies de Roland-Garros, en images

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles