Les clubs de foot préférés des candidats à la présidentielle

Découvrez en images les clubs de foot préférés des candidats à la présidentielle !

Benoît Hamon

Branché rugby mais également fin connaisseur de foot, le candidat PS est supporter de Brest, actuel leader de L2. En L1, c’est L’OM qui est son club de coeur.

Philippe Poutou

Le candidat du NPA est fan de Bordeaux depuis son enfance. Nostalgique du stade Chaban-Delmas (ex-Parc Lescure), il boycotte le nouveau stade Matmut-Atlantique en raison de son “naming”.

Marine Le Pen

La candidate FN a supporté les Verts dans sa jeunesse. Avant de pencher pour le RC Lens, actuel 3e de L2.

Nicolas Dupont-Aignan

Balle au pied, le candidat de Debout la France! s’avoue très maladroit. Si sa fille est fan du PSG, lui mise plutôt sur Guingamp. Pas forcément le meilleur cheval…

Nathalie Arthaud

Originaire de la Drôme, la candidate de Lutte Ouvrière a toujours eu le coeur qui balançait pour les Verts…

François Fillon

Le candidat LR n’est pas vraiment branché foot. Passionné de courses automobiles, il avoue volontiers un penchant pour les 24 Heures du Mans.

Emmanuel Macron

Le candidat En Marche est fan de l’OM. Le 1er avril, il était d’ailleurs dans les tribunes du Vélodrome pour assister à la rencontre OM-Dijon (1-1), aux côtés du président olympien Jacques-Henri Eyraud.

Jean-Luc Mélenchon

Le sport n’est pas la passion première du leader de la France Insoumise. Le plus intello de tous les candidats ne comprend pas grand chose au foot et a l’honnêteté de l’avouer dans ses interviews.

François Asselineau

Le jour où la France a été championne du monde en 98, il sillonnait les routes de Bretagne en voiture. Lui et le foot, ça fait deux…

Jacques Cheminade

Le doyen des candidats veut coloniser la Lune puis explorer la planète Mars. Au royaume des bonhommes verts, l’équipe de foot représentant le mieux la France de Cheminade serait évidemment Saint-Etienne…

Jean Lassalle

Le candidat le plus décalé de cette élection est supporter de Bordeaux, mais il avoue également avoir un faible pour Guingamp et l’OM. Proche d’Alain Giresse, cet ancien berger avait réussi en 2010 à convaincre Marouane Chamakh de se lancer en politique.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages