Un coup de tête, un coup franc et des défaites : les finales des clubs français

De Paris à Moscou, en passant par Bruxelles et Munich, Yahoo Sport vous fait revivre les 13 finales européennes disputées par les clubs français avant OM – Atletico de Madrid. La moitié d’entre elles se sont jouées dans les années 90. Retour sur ces moments rares dans l’histoire du football tricolore.

<p>À jamais les premiers. Si l’OM peut se vanter d’être l’unique club français à avoir remporté une C1, le Stade Reims est le premier à avoir humé cette bonne odeur de finale. Au Parc des Princes, les Hidalgo, Templin et Kopa laissent le Real Madrid de Di Stefano soulever sa première Ligue des Champions. </p>
13 juin 1956 : Reims – Real Madrid 3-4, finale C1 à Paris

À jamais les premiers. Si l’OM peut se vanter d’être l’unique club français à avoir remporté une C1, le Stade Reims est le premier à avoir humé cette bonne odeur de finale. Au Parc des Princes, les Hidalgo, Templin et Kopa laissent le Real Madrid de Di Stefano soulever sa première Ligue des Champions.

<p>Trois ans plus tard, c’est la même affiche. Entre-temps, le Real a ajouté deux C1 supplémentaires dans son escarcelle et recruté un certain Raymond Kopa, parti de Reims après la première finale perdue. À Stuttgart, le club merengue remporte sa quatrième C1 de rang. </p>
3 juin 1959 : Reims – Real Madrid 0-2, finale C1 à Stuttgart

Trois ans plus tard, c’est la même affiche. Entre-temps, le Real a ajouté deux C1 supplémentaires dans son escarcelle et recruté un certain Raymond Kopa, parti de Reims après la première finale perdue. À Stuttgart, le club merengue remporte sa quatrième C1 de rang.

<p>Ah ces fameux poteaux carrés ! Plus de 40 ans après la mythique finale de Glasgow, personne ne les a oubliés à Saint-Etienne. Un but de Roth contre le cours du jeu met fin au rêve de sacre européen des Verts. <em>“Ce n’est pas le meilleur qui a gagné”</em> titrera Marca le lendemain du match. Cruel. </p>
12 mai 1976 : Saint-Etienne – Bayern Munich 0-1, finale C1 à Glasgow

Ah ces fameux poteaux carrés ! Plus de 40 ans après la mythique finale de Glasgow, personne ne les a oubliés à Saint-Etienne. Un but de Roth contre le cours du jeu met fin au rêve de sacre européen des Verts. “Ce n’est pas le meilleur qui a gagné” titrera Marca le lendemain du match. Cruel.

<p>Après Reims et Saint-Étienne, Bastia est le troisième club français à atteindre une finale européenne. Au terme d’un parcours aussi magnifique qu’inattendu, le club corse se hisse en finale grâce notamment à son meneur de jeu emblématique, Claude Papi. Tenu en échec à Furiani à l’aller, Bastia s’incline sèchement aux Pays-Bas deux semaines plus tard. </p>
26 avril et 9 mai 1978 : Bastia – PSV Eindhoven (0-0, 0-3), finale C3 à Bastia et Eindhoven

Après Reims et Saint-Étienne, Bastia est le troisième club français à atteindre une finale européenne. Au terme d’un parcours aussi magnifique qu’inattendu, le club corse se hisse en finale grâce notamment à son meneur de jeu emblématique, Claude Papi. Tenu en échec à Furiani à l’aller, Bastia s’incline sèchement aux Pays-Bas deux semaines plus tard.

<p>Toujours pas de victoire pour un club français ! Favori de cette finale, l’OM est étouffé par les Yougoslaves et ne parvient pas à percer le coffre-fort mis en place par Ljupko Petrović. Sevré de bons ballons, Jean-Pierre Papin, Ballon d’Or cette année-là, reste muet. Lors de la séance des tirs au but, Manuel Amoros rate sa tentative et fait couler les larmes sur les joues de Basile Boli. </p>
29 mai 1991 : OM – Etoile Rouge de Belgrade 0-0 (5-3 TAB), finale C1 à Bari

Toujours pas de victoire pour un club français ! Favori de cette finale, l’OM est étouffé par les Yougoslaves et ne parvient pas à percer le coffre-fort mis en place par Ljupko Petrović. Sevré de bons ballons, Jean-Pierre Papin, Ballon d’Or cette année-là, reste muet. Lors de la séance des tirs au but, Manuel Amoros rate sa tentative et fait couler les larmes sur les joues de Basile Boli.

<p>Sous la houlette d’Arsène Wenger, l’ASM parvient à atteindre la finale de la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe. Mais de fête, il n’y en a jamais eu. La veille, l’effondrement d’une tribune du stade Armand-Cesari cause la mort de 18 personnes. Dans une ambiance mortuaire au stade de la Luz, le Werder soulève le trophée. </p>
6 mai 1992 : Monaco – Werder Brême 0-2, finale C2 à Lisbonne

Sous la houlette d’Arsène Wenger, l’ASM parvient à atteindre la finale de la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe. Mais de fête, il n’y en a jamais eu. La veille, l’effondrement d’une tribune du stade Armand-Cesari cause la mort de 18 personnes. Dans une ambiance mortuaire au stade de la Luz, le Werder soulève le trophée.

<p>ENFIN ! Baresi, Maldini, van Basten, Rijkaard et consorts sont à terre : l’OM tient sa première étoile. Deus ans après les larmes de Bari, Basile Boli fait pleurer de joie les supporters marseillais d’un coup de tête rentré dans la légende du football français. Un quart de siècle plus tard, Barthez, Desailly, Sauzée, Deschamps cherchent encore leurs successeurs. </p>
23 mai 1993 : OM – Milan 1-0, finale C1 à Munich

ENFIN ! Baresi, Maldini, van Basten, Rijkaard et consorts sont à terre : l’OM tient sa première étoile. Deus ans après les larmes de Bari, Basile Boli fait pleurer de joie les supporters marseillais d’un coup de tête rentré dans la légende du football français. Un quart de siècle plus tard, Barthez, Desailly, Sauzée, Deschamps cherchent encore leurs successeurs.

<p>Les Marseillais se rappelleront du coup de boule de Boli pour l’éternité. Les Parisiens, eux, ont en mémoire le coup de canon de Bruno Ngotty. Pour leur première finale européenne, les Parisiens sont sacrés grâce au coup franc lointain de leur défenseur. </p>
8 mai 1996 : PSG – Rapid Vienne 1-0, finale C2 à Bruxelles

Les Marseillais se rappelleront du coup de boule de Boli pour l’éternité. Les Parisiens, eux, ont en mémoire le coup de canon de Bruno Ngotty. Pour leur première finale européenne, les Parisiens sont sacrés grâce au coup franc lointain de leur défenseur.

<p>Tombeur de grand Milan en quarts, Bordeaux est impuissant en finale face à la supériorité allemande. Malgré le retour de suspension au retour de Zidane et Dugarry, le club au scapulaire ne peut renverser la situation comme il l’avait fait face à Milan quelques semaines plus tôt. Il s’agit de la dernière finale européenne jouée sur le meilleur des deux matchs. </p>
1er et 15 mai 1996 : Bordeaux – Bayern Munich (0-2, 1-3), finale C3 à Munich et Bordeaux

Tombeur de grand Milan en quarts, Bordeaux est impuissant en finale face à la supériorité allemande. Malgré le retour de suspension au retour de Zidane et Dugarry, le club au scapulaire ne peut renverser la situation comme il l’avait fait face à Milan quelques semaines plus tôt. Il s’agit de la dernière finale européenne jouée sur le meilleur des deux matchs.

<p>Pour la deuxième année de suite, le PSG s’offre une finale de C2 et, cette fois, c’est face au grand Barça que les Raï, Loko et Guérin remettent leur titre en jeu. Héros un an plus tôt, Bruno Ngotty commet une faute lourde de conséquences sur Ronaldo dans la surface. Le prodige brésilien se charge de transformer l’offrande et d’offrir par la même occasion une quatrième Coupes des coupes au club catalan. </p>
14 mai 1997 : PSG – Barcelone 0-1, finale C2 à Rotterdam

Pour la deuxième année de suite, le PSG s’offre une finale de C2 et, cette fois, c’est face au grand Barça que les Raï, Loko et Guérin remettent leur titre en jeu. Héros un an plus tôt, Bruno Ngotty commet une faute lourde de conséquences sur Ronaldo dans la surface. Le prodige brésilien se charge de transformer l’offrande et d’offrir par la même occasion une quatrième Coupes des coupes au club catalan.

<p>Six ans après le coup de tête de Boli à Munich, l’OM a de nouveau l’occasion de triompher en Europe, en C3 cette fois. Mais la finale va vite tourner à la démonstration. Laurent Blanc se rate et offre l’ouverture du score à Crespo. Marseille sera finalement battu 3-0 à Moscou. Ce soir-là, Marseille ne trouvera jamais la faille face à un jeune gardien de but de 21 ans : Gianluigi Buffon. </p>
12 mai 1999 : OM – Parme 0-3, finale C3 à Moscou

Six ans après le coup de tête de Boli à Munich, l’OM a de nouveau l’occasion de triompher en Europe, en C3 cette fois. Mais la finale va vite tourner à la démonstration. Laurent Blanc se rate et offre l’ouverture du score à Crespo. Marseille sera finalement battu 3-0 à Moscou. Ce soir-là, Marseille ne trouvera jamais la faille face à un jeune gardien de but de 21 ans : Gianluigi Buffon.

<p>Pendant 45 minutes, l’OM de Drogba fait jeu égal avec Valence, fraîchement sacré champion d’Espagne. La finale bascule juste avant la pause. Sur une faute de Barthez, c’est la double peine : carton rouge et penalty. Les Marseillais ne s’en remettront pas. </p>
19 mai 2004 : OM – Valence 0-2, finale C3 à Göteborg

Pendant 45 minutes, l’OM de Drogba fait jeu égal avec Valence, fraîchement sacré champion d’Espagne. La finale bascule juste avant la pause. Sur une faute de Barthez, c’est la double peine : carton rouge et penalty. Les Marseillais ne s’en remettront pas.

<p>La belle aventure de l’ASM, emmené par Didier Deschamps, prendra fin en finale. Plombés par la blessure de Giuly en début de match, les Monégasques chuteront lourdement face à Porto, entraîné lui aussi par un jeune coach : José Mourinho. </p>
26 mai 2004 : Monaco – Porto 0-3, finale C1 à Gelsenkirchen

La belle aventure de l’ASM, emmené par Didier Deschamps, prendra fin en finale. Plombés par la blessure de Giuly en début de match, les Monégasques chuteront lourdement face à Porto, entraîné lui aussi par un jeune coach : José Mourinho.

À lire aussi