EN IMAGES - OL/OM 2009, le plus grand match de l'histoire en Ligue 1 ?

LEGENDE - C'était il y a dix ans exactement : le 8 novembre 2009, Lyon et Marseille se séparaient sur le score fou de 5-5. D'un côté, l'OL de Puel, détrôné la saison passée, veut récupérer la première place du championnat. De l'autre, l'OM de Deschamps, huitième de Ligue 1 malgré les arrivées de Diawara, Lucho, M'Bia, Morientes ou Heinze au mercato estival. Au bout, un match resté dans les mémoires. Retour en images sur un film au scénario halluciné.

Trois petites minutes et ça démarre fort : au bout d'un bon mouvement collectif lyonnais, Hilton relance dans l'axe et Pjanić hérite du ballon à l'entrée de la surface de réparation. Contrôle poitrine, demi-volée sous la barre, Mandanda ne peut rien faire, le score est ouvert. C'est parti !
3e : 1-0, Miralem Pjanić
Trois petites minutes et ça démarre fort : au bout d'un bon mouvement collectif lyonnais, Hilton relance dans l'axe et Pjanić hérite du ballon à l'entrée de la surface de réparation. Contrôle poitrine, demi-volée sous la barre, Mandanda ne peut rien faire, le score est ouvert. C'est parti !
Marseille ne lâche rien. Corner botté par Abriel, Diawara surgit au point de penalty pour claquer une tête puissante. Lloris, pas irréprochable, détourne le ballon sur son poteau. Rentrant, évidemment. 1-1 !
11e : 1-1, Souleymane Diawara
Marseille ne lâche rien. Corner botté par Abriel, Diawara surgit au point de penalty pour claquer une tête puissante. Lloris, pas irréprochable, détourne le ballon sur son poteau. Rentrant, évidemment. 1-1 !
Encore une fois, il ne faut que trois minutes à l'OL pour (re)faire la différence. Sortie de balle collective très propre, Govou part de sa moitié de terrain, repique dans l'axe et enroule une frappe à l'entrée de la surface. Mandanda n'est pas félin, Lyon repasse devant.
14e : 2-1, Sidney Govou
Encore une fois, il ne faut que trois minutes à l'OL pour (re)faire la différence. Sortie de balle collective très propre, Govou part de sa moitié de terrain, repique dans l'axe et enroule une frappe à l'entrée de la surface. Mandanda n'est pas félin, Lyon repasse devant.
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
Une longue séquence de possession marseillaise, une frappe des 20 mètres du petit frère Cheyrou, une grosse faute de main d'Hugo Lloris et un débat relancé : Lloris ou Mandanda pour le poste de numéro 1 en Bleus ? En attendant, ça fait 2-2 à la pause.
44e : 2-2, Benoît Cheyrou
Une longue séquence de possession marseillaise, une frappe des 20 mètres du petit frère Cheyrou, une grosse faute de main d'Hugo Lloris et un débat relancé : Lloris ou Mandanda pour le poste de numéro 1 en Bleus ? En attendant, ça fait 2-2 à la pause.
Après quatre buts en première période, la seconde repart au quart de tour. Si Brandão manque sa tête, le lutin Koné surgit pour envoyer un superbe extérieur du pied au fond des filets. Pour la première fois du match, l'OM prend les commandes !
47e : 2-3, Bakari Koné
Après quatre buts en première période, la seconde repart au quart de tour. Si Brandão manque sa tête, le lutin Koné surgit pour envoyer un superbe extérieur du pied au fond des filets. Pour la première fois du match, l'OM prend les commandes !
Après 30 minutes pour souffler, premier acte d'un dernier quart d'heure incroyable, qui verra cinq buts marqués. Celui-ci est l'oeuvre de Brandão, de l'extérieur encore, sur corner. À ce moment, on pense seulement que l'OM a réalisé un break décisif. Et le match est déjà promis à rester dans les mémoires...
79e : 2-4, Brandão
Après 30 minutes pour souffler, premier acte d'un dernier quart d'heure incroyable, qui verra cinq buts marqués. Celui-ci est l'oeuvre de Brandão, de l'extérieur encore, sur corner. À ce moment, on pense seulement que l'OM a réalisé un break décisif. Et le match est déjà promis à rester dans les mémoires...
Et si ? Et si Lyon pouvait le faire ? Lisandro, lancé par Jean II Makoun, aligne Mandanda d'un petit piqué en angle fermé. Il reste alors une dizaine de minutes à jouer.
81e : 3-4, Lisandro Lopez
Et si ? Et si Lyon pouvait le faire ? Lisandro, lancé par Jean II Makoun, aligne Mandanda d'un petit piqué en angle fermé. Il reste alors une dizaine de minutes à jouer.
Pas de grand scénario sans penalty. Corner tiré par Delgado, Heinze touche le ballon de la main, M. Bré indique le point de penalty. Lisandro ne tremble pas au moment de conclure, avec une frappe puissante sur laquelle Mandanda, parti du bon côté, ne peut rien faire. Le stade Gerland entre en transe.
84e : 4-4, Lisandro Lopez (s.p.)
Pas de grand scénario sans penalty. Corner tiré par Delgado, Heinze touche le ballon de la main, M. Bré indique le point de penalty. Lisandro ne tremble pas au moment de conclure, avec une frappe puissante sur laquelle Mandanda, parti du bon côté, ne peut rien faire. Le stade Gerland entre en transe.
Nous sommes dans les arrêts de jeu et l'OL a encore l'énergie nécessaire à une action collective splendide, emmenée par Pjanić. Le Bosnien sert Bastos qui fusille Mandanda, Gerland est en fusion. Mais ce match n'est pas encore terminé...
90e +1 : 5-4, Michel Bastos
Nous sommes dans les arrêts de jeu et l'OL a encore l'énergie nécessaire à une action collective splendide, emmenée par Pjanić. Le Bosnien sert Bastos qui fusille Mandanda, Gerland est en fusion. Mais ce match n'est pas encore terminé...
Quoi d'autre qu'un coup du sort pour conclure une épopée homérique ? Intérimaire en défense centrale, Toulalan met tout ce qu'il faut en terme d'engagement. Au point de pousser un ballon au fond de ses propres filets à la dernière minute, et de priver Lyon de la première place du championnat. Mais quel souvenir ! Historique, tout simplement.
90e +3 : 5-5, Jérémy Toulalan (c.s.c.)
Quoi d'autre qu'un coup du sort pour conclure une épopée homérique ? Intérimaire en défense centrale, Toulalan met tout ce qu'il faut en terme d'engagement. Au point de pousser un ballon au fond de ses propres filets à la dernière minute, et de priver Lyon de la première place du championnat. Mais quel souvenir ! Historique, tout simplement.

À lire aussi