Formule 1 - Qu’a-t-on appris lors de cette pré-saison ?

Après quatre mois de pause, la Formule 1 s’apprête à reprendre ses droits à Melbourne ce dimanche. Avant le lancement officiel de la saison 2017 sur le tracé de l’Albert Park, les écuries ont pu se jauger sur le circuit de Barcelone à l’occasion des huit journées de tests hivernaux. L’occasion de se faire une idée du niveau de chacun. Si certains se sont fait remarquer, d’autres ont très rapidement montré leurs limites. Sans compter la nouvelle réglementation et les nombreux changements aérodynamiques apportés aux monoplaces. Yahoo Sport fait le point sur les quelques enseignements tirés de cette pré-saison.

La bonne surprise Ferrari

Au soir du Grand Prix d’Abu Dhabi, on dressait un bilan mitigé de la saison 2016 de la Scuderia. Si les Rouges avaient signé quelques belles courses, aucune victoire n’était venue garnir le palmarès de l’équipe de Maranello. On attendait de voir comment Ferrari, privée courant 2016 du génie de James Allison, allait aborder le tournant aérodynamique de cette saison.
Force est de constater qu’elle a bien réussi sa monoplace. Kimi Räikkönen a signé le meilleur temps absolu des essais hivernaux, Sebastian Vettel le suivant au tableau des chronos. Avec un moteur à la hauteur et une monoplace alliant équilibre, vitesse et fiabilité, la Scuderia a marqué les esprits. “Il faut voir maintenant si Ferrari va confirmer ses bons résultats hivernaux”, prévient cependant notre consultant Patrick Tambay. (Photo Reuters)

Mercedes est (déjà) dans le coup

Comme les années précédentes, Mercedes sera l’écurie à abattre. Auréolée d’un troisième titre de championne du monde, la formation allemande a fait étalage de sa force lors des essais de pré-saison. Si les Flèches d’Argent n’ont pas chassé le chrono comme d’autres, elles ont accumulé les tours, parcourant plus de 5100 km en huit journées de roulage. Le moteur a démontré une fiabilité à toute épreuve, les écuries clientes équipées du bloc propulseur à l’étoile ayant elles aussi connues de bonnes séances de tests. (Photo Reuters)

McLaren-Honda, l’impasse

Alors que le départ du premier Grand Prix de la saison n’a même pas été donné, McLaren vit déjà un véritable calvaire. Lors des essais, l’écurie anglaise n’a pas connu une seule journée sans problème. Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne ont pu souvent démontré leur talent pour garer leur monoplace que pour enchaîner les tours. Au maximum, la McLaren n’a pu effectuer que 11 boucles d’affilée. Le responsable n’est pas à chercher loin. Le moteur Honda (encore une fois) accumule les ennuis techniques. Alonso a d’ailleurs déjà commencé à critiquer ouvertement le motoriste. (Photo Getty)

Stroll, trop jeune pour la Formule 1 ?

Du haut de ses 18 ans, le pilote Williams a commis pas mal de fautes lors des tests hivernaux. Certains diront qu’il est normal pour un rookie de faire des erreurs en plongeant dans le grand bain. « Le problème d’un jeune pilote, c’est qu’il doit arriver, faire des exploits, rouler aussi vite que son coéquipier, être fiable, explique Patrick Tambay. Il y a un poids supplémentaire sur les épaules. Il y a beaucoup de choses à assumer. » Pour autant, le Canadien n’a pas semblé complètement en mesure d’assurer la pression qui pèse sur lui en Espagne. « A Barcelone, il ne m’a pas convaincu », a tranché notre consultant. Heureusement, Lance Stroll pourra compter sur l’expérience de son coéquipier Felipe Massa… et l’indulgence de son équipe, à qui son père verse de généreuses sommes. (Photo Getty)

Vers des courses plus animées ?

Rien n’est moins sûr. Certes, le nouveau règlement, avec les nombreuses modifications aérodynamiques apportées aux monoplaces, promet des voitures plus rapides. On l’a vu en essais, les chronos sont tombés. Mais malgré cela, pas sûr que le spectacle soit au rendez-vous. « Est-ce que la nouvelle réglementation rendra les dépassements plus faciles ? J’en doute, reconnaît Patrick Tambay. Ils seront toujours aussi difficiles à effectuer, peut-être même plus car il y aura moins d’appuis. » Si les pneumatiques ne se dégradent plus autant qu’avant – les pilotes ne seront donc plus obligés de lever autant le pied pour économiser leurs gommes -, seul un changement de réglementation drastique pourra rendre la Formule 1 plus animée pour notre consultant. « ça ne devrait pas concerner les moteurs, mais les freins. Il faudrait revenir en arrière, rallonger les distances au freinage. Pourquoi ne pas le faire en revenant à des disques métalliques, comme par le passé ? », propose l’ancien pilote de Formule 1. (Photo Reuters)

Bernie n’était pas immortel

On le croyait inamovible. Bernie Ecclestone a fait partie du paysage de la Formule 1 durant des décennies. Le grand argentier a donné ses lettres de noblesse à la discipline. Malgré le rachat par Liberty Media, il était difficile d’imaginer les choses se poursuivre sans lui. Alors qu’il avait annoncé rester pour les trois prochaines années en fin de saison dernière, Bernie Ecclestone s’est vu notifier sa mise à l’écart par les nouveaux patrons de la Formule 1. Ross Brawn, l’ancien architecte du succès de Ferrari dans les années 2000, est désormais le directeur sportif du Formula One Group. Le Britannique souhaite rendre la discipline plus attrayante. (Photo AP)

La F1 plus accessible

A une époque où tout sport qui se respecte se doit d’être proche de son public via les réseaux sociaux, la Formule 1 avait un – voire deux – trains de retard. L’arrivée de Liberty Media change la donne. Les nouveaux propriétaires souhaitent rendre la F1 plus accessible. Lors des tests de pré-saison, le changement s’est fait sentir, avec une profusion de vidéos publiées sur Internet. La fin d’une interdiction saluée par les équipes. On attend avec impatience les autres changements « agressifs » promis par les Américains pour rapprocher le paddock de ses fans. (Photo Reuters)

Objectifs relevés pour les Français

Pour cette saison 2017, Renault a annoncé vouloir viser le Top 5. Un objectif plus que relevé pour l’écurie française. Lors des tests de pré-saison, Nico Hülkenberg a signé de belles performances. De bonne augure pour l’écurie au Losange, qui a annoncé avoir réglé ses problèmes d’ERS. Du côté des pilotes, Romain Grosjean sera attendu au tournant. A 30 ans, le Français devra signer des résultats s’il veut espérer rejoindre un top team. Quant à Esteban Ocon, sa promotion express chez Force India lui offre une belle carte à jouer. Avant le début officiel de la saison, il a réussi à tourner dans des temps similaires à ceux de son coéquipier, Sergio Pérez. (Photo Reuters)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages