Ligue 1 - EN IMAGES : Revivez OM-OL comme si vous y étiez

Au terme d'un match intense, ponctué par un doublé de Dimitri Payet, l'OM s’est finalement imposé face à Lyon, malgré une infériorité numérique handicapante en fin de rencontre. Les Marseillais mettent fin à une période de cinq ans sans victoire contre les Gones en Ligue 1, et s’empare de la 2è place du championnat. L’OL, de son côté, reste scotché à la 14è place. C’est JMA qui ne va pas être content… 

Voilà une semaine que la température monte du côté du Vieux Port. Une semaine que les supporters de l’OM préparent les 120 ans du club. Une semaine, qu’ils attendent en trépignant que leurs joueurs en viennent aux pieds avec les protégés de Jean-Michel Aulas. Une semaine enfin, que les Fanatics et les South Winners préparent leurs plus beaux sifflets pour accueillir comme il se doit l’ancien entraîneur du club phocéen, Rudi Garcia, passé « à l’ennemi » à la faveur du départ de Silvinho du banc lyonnais.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Voilà une semaine que la température monte du côté du Vieux Port. Une semaine que les supporters de l’OM préparent les 120 ans du club. Une semaine, qu’ils attendent en trépignant que leurs joueurs en viennent aux pieds avec les protégés de Jean-Michel Aulas. Une semaine enfin, que les Fanatics et les South Winners préparent leurs plus beaux sifflets pour accueillir comme il se doit l’ancien entraîneur du club phocéen, Rudi Garcia, passé « à l’ennemi » à la faveur du départ de Silvinho du banc lyonnais.
Manifestement, certains « supporters » du club phocéen prennent d’ailleurs un peu trop à coeur le match du soir. Le car de l'OL a en effet été visé par plusieurs projectiles à son arrivée au stade. Trois vitres ont été sérieusement endommagées, et présentaient un trou béant. « <em>Nous sommes tombés dans un guet-apens. Si ça continue comme ça, nous ne jouerons pas </em>», a menacé Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, à la descente du car.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Manifestement, certains « supporters » du club phocéen prennent d’ailleurs un peu trop à coeur le match du soir. Le car de l'OL a en effet été visé par plusieurs projectiles à son arrivée au stade. Trois vitres ont été sérieusement endommagées, et présentaient un trou béant. « Nous sommes tombés dans un guet-apens. Si ça continue comme ça, nous ne jouerons pas », a menacé Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, à la descente du car.
Voilà pour le contexte (électrique) qui préside à cette ultime rencontre de la 13è journée de Ligue 1. Ajoutez à cela le fait que seulement trois points séparent les deux équipes avant le coup d’envoi de la rencontre, et vous comprendrez aisément pourquoi cet OM-OL n’est définitivement pas (plus ?) un match comme les autres.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Voilà pour le contexte (électrique) qui préside à cette ultime rencontre de la 13è journée de Ligue 1. Ajoutez à cela le fait que seulement trois points séparent les deux équipes avant le coup d’envoi de la rencontre, et vous comprendrez aisément pourquoi cet OM-OL n’est définitivement pas (plus ?) un match comme les autres.
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
Force est néanmoins de constater que depuis dix ans, et en dépit de la ferveur marseillaise, l’OM peine à s’illustrer dans les rencontres de gala. Notamment face à un Olympique lyonnais que les bleu et blanc n’ont battu que deux fois en championnat au cours de cette période. La première remonte au 21 mars 2010, à domicile, avec Didier Deschamps (2-1), la seconde au 4 mai 2014, encore à la maison, avec José Anigo aux platines (4-2). En dehors de ces deux coups d’éclat, la récolte fut maigre : neuf défaites et neuf résultats nuls.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Force est néanmoins de constater que depuis dix ans, et en dépit de la ferveur marseillaise, l’OM peine à s’illustrer dans les rencontres de gala. Notamment face à un Olympique lyonnais que les bleu et blanc n’ont battu que deux fois en championnat au cours de cette période. La première remonte au 21 mars 2010, à domicile, avec Didier Deschamps (2-1), la seconde au 4 mai 2014, encore à la maison, avec José Anigo aux platines (4-2). En dehors de ces deux coups d’éclat, la récolte fut maigre : neuf défaites et neuf résultats nuls.
Un goût prononcé pour la loose qu’un dernier coup d’oeil dans le rétro suffit à accréditer. L’an passé en effet, l’OM a reçu deux gifles en championnat contre l’ennemi olympique (2-4, 0-3). Fermez le ban.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Un goût prononcé pour la loose qu’un dernier coup d’oeil dans le rétro suffit à accréditer. L’an passé en effet, l’OM a reçu deux gifles en championnat contre l’ennemi olympique (2-4, 0-3). Fermez le ban.
Faut-il pour autant enterrer l’OM ? Pas sûr, au regard de la dynamique actuelle des deux formations. Lyon, 14è, est en effet en phase de convalescence, après un début de saison que l’on qualifiera sobrement de médiocre, à l’image du bilan des Gones à l’extérieur (une seule victoire lors de ses 5 derniers déplacements en Ligue 1). Par ailleurs, Memphis Depay, l’homme en forme du côté de l’OL (7 buts et 1 passe décisive cette saison), ne sera pas là ce soir pour planter une ultime banderille dans les arrêts de jeu comme il l’avait fait au Vélodrome en 2018. De quoi rééquilibrer un peu les débats, même si les Lyonnais ont remporté leurs deux derniers matchs en championnat face à Metz et Toulouse (en rabattant un peu les rétros, mais c'est passé…
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Faut-il pour autant enterrer l’OM ? Pas sûr, au regard de la dynamique actuelle des deux formations. Lyon, 14è, est en effet en phase de convalescence, après un début de saison que l’on qualifiera sobrement de médiocre, à l’image du bilan des Gones à l’extérieur (une seule victoire lors de ses 5 derniers déplacements en Ligue 1). Par ailleurs, Memphis Depay, l’homme en forme du côté de l’OL (7 buts et 1 passe décisive cette saison), ne sera pas là ce soir pour planter une ultime banderille dans les arrêts de jeu comme il l’avait fait au Vélodrome en 2018. De quoi rééquilibrer un peu les débats, même si les Lyonnais ont remporté leurs deux derniers matchs en championnat face à Metz et Toulouse (en rabattant un peu les rétros, mais c'est passé…
Côté compo, à Lyon, Rudi Garcia a opté pour un 4-2-3-1. Maxwel Cornet et Bertrand Traoré profitent des absences de Memphis Depay (blessé) et Lucas Tousart (suspendu) pour débuter. Les deux attaquants vont animer les côtés du dispsitif. Dans l'entrejeu, Houssem Aouar sera associé à Thiago Mendes tandis que Jeff Reine-Adélaïde est placé en soutien de Moussa Dembélé. En défense centrale, l'association entre Joachim Andersen et Jason Denayer est reconduite.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Côté compo, à Lyon, Rudi Garcia a opté pour un 4-2-3-1. Maxwel Cornet et Bertrand Traoré profitent des absences de Memphis Depay (blessé) et Lucas Tousart (suspendu) pour débuter. Les deux attaquants vont animer les côtés du dispsitif. Dans l'entrejeu, Houssem Aouar sera associé à Thiago Mendes tandis que Jeff Reine-Adélaïde est placé en soutien de Moussa Dembélé. En défense centrale, l'association entre Joachim Andersen et Jason Denayer est reconduite.
Andres Villas-Boas a quant à lui opté pour un 4-3-3 que n’aurait pas renié son prédécesseur sur le banc de l’OM. Hiroki Sakai étant suspendu, Bouna Sarr descend d'un cran. Il est remplacé poste pour poste par Lopez préféré à Germain pour animer le côté droit de l’attaque phocéenne au côté de Benedetto et Payet. Boubacar Kamara est reconduit en sentinelle devant la défense.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Andres Villas-Boas a quant à lui opté pour un 4-3-3 que n’aurait pas renié son prédécesseur sur le banc de l’OM. Hiroki Sakai étant suspendu, Bouna Sarr descend d'un cran. Il est remplacé poste pour poste par Lopez préféré à Germain pour animer le côté droit de l’attaque phocéenne au côté de Benedetto et Payet. Boubacar Kamara est reconduit en sentinelle devant la défense.
Alors là, le moins que l’on puisse dire, c’est que les supporters marseillais ont fait très fort pour célébrer les 120 ans du club. Les tifos, représentant le fondateur du club et Notre-Dame de la Garde sont à couper le souffle. Chapeau. De quoi galvaniser le 11 marseillais.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Alors là, le moins que l’on puisse dire, c’est que les supporters marseillais ont fait très fort pour célébrer les 120 ans du club. Les tifos, représentant le fondateur du club et Notre-Dame de la Garde sont à couper le souffle. Chapeau. De quoi galvaniser le 11 marseillais.
C’est parti ici au Vélodrome ! L’ambiance est incandescente, et le rythme est élevé dès le départ. Benedetto allume la première mèche de la tête dès la 2è minute. Cornet lui répond dans la suivante. Trouvé dans le dos de Sarr, il pénètre la surface marseillaise et tente une frappe pied gauche qui est contrée par Mandanda en corner. Le « coup de pied de coin » ne donnera rien.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
C’est parti ici au Vélodrome ! L’ambiance est incandescente, et le rythme est élevé dès le départ. Benedetto allume la première mèche de la tête dès la 2è minute. Cornet lui répond dans la suivante. Trouvé dans le dos de Sarr, il pénètre la surface marseillaise et tente une frappe pied gauche qui est contrée par Mandanda en corner. Le « coup de pied de coin » ne donnera rien.
Pénalty pour l’OM ! Thiago Mendes panique dans la surface et touche le ballon de la main après l’avoir amorti de la poitrine. L’arbitre n’hésite pas une seconde et indique le point de penalty. Six minutes après le coup de sifflet de l’homme en jaune - la faute à des esprits échaudés aux abords de la surface - Payet se saisit du cuir et… marque d’un tir de l’intérieur du droit imparable ! Le Réunionnais a eu les nerfs solides. Le Vélodrome explose : l’Olympico est lancé à la 18è minute de jeu, et Marseille est virtuellement 2è du championnat.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Pénalty pour l’OM ! Thiago Mendes panique dans la surface et touche le ballon de la main après l’avoir amorti de la poitrine. L’arbitre n’hésite pas une seconde et indique le point de penalty. Six minutes après le coup de sifflet de l’homme en jaune - la faute à des esprits échaudés aux abords de la surface - Payet se saisit du cuir et… marque d’un tir de l’intérieur du droit imparable ! Le Réunionnais a eu les nerfs solides. Le Vélodrome explose : l’Olympico est lancé à la 18è minute de jeu, et Marseille est virtuellement 2è du championnat.
A noter que grâce au penalty converti par Dimitri Payet, l'Olympique de Marseille devient ce soir la première équipe dans l'histoire de la Ligue 1 à atteindre la barre des 4000 buts marqués. A jamais les premiers...
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
A noter que grâce au penalty converti par Dimitri Payet, l'Olympique de Marseille devient ce soir la première équipe dans l'histoire de la Ligue 1 à atteindre la barre des 4000 buts marqués. A jamais les premiers...
Quoique rythmé, le match n’accouche pas d’une pluie d’occasions de but. Marseille s’appuie surtout sur un jeu de transition explosif, tandis que les visiteurs essaient de poser le jeu sans vraiment parvenir à construire dans les trente derniers mètres. Aouar côté lyonnais peine à exister, tandis qu’Alvaro Gonzalez est en transe chez les bleu et blanc.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Quoique rythmé, le match n’accouche pas d’une pluie d’occasions de but. Marseille s’appuie surtout sur un jeu de transition explosif, tandis que les visiteurs essaient de poser le jeu sans vraiment parvenir à construire dans les trente derniers mètres. Aouar côté lyonnais peine à exister, tandis qu’Alvaro Gonzalez est en transe chez les bleu et blanc.
En dépit d’une possession élevée (62%) - et d’un excellent Reine-Adélaïde -, Lyon n’arrive pas à inquiéter Mandanda et les meilleures cartouches sont marseillaises. A l’image de cette occasion marseillaise à la 32è minute de jeu : Payet profite d'un joli travail de Benedetto, et fusille Anthony Lopes ! Le ballon est capté avec autorité par le portier de l’OL.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
En dépit d’une possession élevée (62%) - et d’un excellent Reine-Adélaïde -, Lyon n’arrive pas à inquiéter Mandanda et les meilleures cartouches sont marseillaises. A l’image de cette occasion marseillaise à la 32è minute de jeu : Payet profite d'un joli travail de Benedetto, et fusille Anthony Lopes ! Le ballon est capté avec autorité par le portier de l’OL.
Ce n’est que partie remise pour Payet. En feu ce dimanche soir, le n°10 marseillais se montre à la hauteur de ses déclarations d’avant-match, et s’occupe de tout. Après avoir chipé un ballon dans les pieds de Traoré, c’est lui qui finit le travail quelques secondes plus tard d’une frappe croisée millimétrée. Doublé pour le Réunionnais. Marseille a fait le break, cinq minutes avant la fin de la première période.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Ce n’est que partie remise pour Payet. En feu ce dimanche soir, le n°10 marseillais se montre à la hauteur de ses déclarations d’avant-match, et s’occupe de tout. Après avoir chipé un ballon dans les pieds de Traoré, c’est lui qui finit le travail quelques secondes plus tard d’une frappe croisée millimétrée. Doublé pour le Réunionnais. Marseille a fait le break, cinq minutes avant la fin de la première période.
C’est la mi-temps au Vélodrome. L'OM, bien en place, a su se montrer dangereux en contre, et mène logiquement à la pause à l'issue d'une première période très rythmée. Si Lyon a obtenu la première occasion de la rencontre par l’intermédiaire de Traoré face à Mandanda (6e), c’est bien Dimitri Payet, qui sort grandi de ce premier acte. Un show soldé par deux buts, qui permettent aux Marseillais de regagner les vestiaires avec un avantage confortable (2-0).
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
C’est la mi-temps au Vélodrome. L'OM, bien en place, a su se montrer dangereux en contre, et mène logiquement à la pause à l'issue d'une première période très rythmée. Si Lyon a obtenu la première occasion de la rencontre par l’intermédiaire de Traoré face à Mandanda (6e), c’est bien Dimitri Payet, qui sort grandi de ce premier acte. Un show soldé par deux buts, qui permettent aux Marseillais de regagner les vestiaires avec un avantage confortable (2-0).
C’est reparti au Vélodrome ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les choses ne s’arrangent pas pour l’OL. Alors que les Gones monopolisaient le ballon depuis cinq minutes, Aouar s’est blessé à l’issue d’un très beau raid offensif conclu par une chute dans la surface. Fin du match pour le milieu lyonnais, contraint de céder sa place à Rayan Cherki, 16 ans. Pour un baptême du feu, le gamin ne pouvait pas rêver mieux…
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
C’est reparti au Vélodrome ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les choses ne s’arrangent pas pour l’OL. Alors que les Gones monopolisaient le ballon depuis cinq minutes, Aouar s’est blessé à l’issue d’un très beau raid offensif conclu par une chute dans la surface. Fin du match pour le milieu lyonnais, contraint de céder sa place à Rayan Cherki, 16 ans. Pour un baptême du feu, le gamin ne pouvait pas rêver mieux…
Dans la foulée, M. Gautier décide d'interrompre la partie, pour cause de légère brume sur le rectangle vert…
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Dans la foulée, M. Gautier décide d'interrompre la partie, pour cause de légère brume sur le rectangle vert…
Une interruption qui coûte cher aux Marseillais ! A la 59è minute de jeu, Moussa Dembélé reprend, à bout portant et de la tête, un centre pied gauche parfait de Bertand Traoré depuis l'aile droite. L’attaquant lyonnais en profite pour inscrire son neuvième but en douze matches de championnat cette saison, et relancer la rencontre à une demi-heure du terme.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Une interruption qui coûte cher aux Marseillais ! A la 59è minute de jeu, Moussa Dembélé reprend, à bout portant et de la tête, un centre pied gauche parfait de Bertand Traoré depuis l'aile droite. L’attaquant lyonnais en profite pour inscrire son neuvième but en douze matches de championnat cette saison, et relancer la rencontre à une demi-heure du terme.
Nouveau coup de théâtre quatre minutes plus tard ! Alvaro Gonzalez plaque au sol Dembélé qui partait seul au but. Le défenseur marseillais écope logiquement d’un carton rouge. Sur le coup franc consécutif au carton rouge, Traoré trouve le mur marseillais qui dévie le ballon tout près du poteau gauche de Mandanda. Cette rencontre est loin d’être finie… Sauf pour Benedetto, contraint de céder sa place à Kevin Strootman. Villas-Boas veut bétonner.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Nouveau coup de théâtre quatre minutes plus tard ! Alvaro Gonzalez plaque au sol Dembélé qui partait seul au but. Le défenseur marseillais écope logiquement d’un carton rouge. Sur le coup franc consécutif au carton rouge, Traoré trouve le mur marseillais qui dévie le ballon tout près du poteau gauche de Mandanda. Cette rencontre est loin d’être finie… Sauf pour Benedetto, contraint de céder sa place à Kevin Strootman. Villas-Boas veut bétonner.
Les Lyonnais ne parviennent pas à profiter de leur supériorité numérique. Courageux, à l’image d’un Valentin Rongier auteur de son meilleur match sous ses nouvelles couleurs, les Marseillais font bloc, et s’autorisent même quelques incursions dans le camp adverse.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
Les Lyonnais ne parviennent pas à profiter de leur supériorité numérique. Courageux, à l’image d’un Valentin Rongier auteur de son meilleur match sous ses nouvelles couleurs, les Marseillais font bloc, et s’autorisent même quelques incursions dans le camp adverse.
C’est fini ! Après cinq minutes de temps additionnel irrespirables, l’OM s’impose à domicile, et met fin à cinq années sans victoires contre Lyon. Le Vélodrome explose littéralement. Auteurs d’un match courageux et discipliné, et guidés par un grand Dimitri Payet, les Marseillais s’emparent de la 2è place du championnat. L’OL, de son côté, reste scotché à la 14è place du championnat.
Revivez Marseille-Lyon comme si vous y étiez
C’est fini ! Après cinq minutes de temps additionnel irrespirables, l’OM s’impose à domicile, et met fin à cinq années sans victoires contre Lyon. Le Vélodrome explose littéralement. Auteurs d’un match courageux et discipliné, et guidés par un grand Dimitri Payet, les Marseillais s’emparent de la 2è place du championnat. L’OL, de son côté, reste scotché à la 14è place du championnat.

À lire aussi