Quand le naming va (beaucoup) trop loin en 14 leçons

La pratique est devenue courante : associer le nom d’une enceinte sportive ou d’une compétition est devenu une belle source de revenus pour les organisateurs et les clubs sportifs. Les exemples se sont multipliés depuis le milieu des années 2000. Certaines associations fonctionnent plutôt correctement : on pense au Kindarena de Rouen, au Staples Center de Los Angeles ou encore l’Allianz Riviera de Nice, qui nous donnent des noms plutôt harmonieux. Pour d’autres en revanche, c’est plus compliqué. Retrouvez ces fausses bonnes idées qui ont nourri la colère ou le rire (voire les deux à la fois) des fans de sport.

 

 

Le plus pantouflard : la Ligue 1

Voici donc le petit dernier de la série. Radamel Falcao peut exulter : il sera à jamais le dernier champion de France de l’avant-“Ligue 1 Conforama”. (Photo : Reuters)

Le plus mégalo : Montpellier Hérault Rugby Club

Après avoir imposé son nom sur les maillots de son club, Mohed Altrad, PDG de l’entreprise Altrad, spécialisée dans le matériel pour BTP, a fait encore plus fort. L’homme d’affaires, également président du Montpellier HRC, club de haut de tableau du Top 14, a réussi à imposer son nom au stade, devenu “Altrad Stadium”. (Photo : AFP)

Le plus rasoir : le stade de Foxborough

Les illustres New England Patriots jouent leurs matchs à domicile au Gillette Stadium. Pas surprenant si leur défense est tranchante. (Photo : Twitter)

Le plus crève-cœur : Bercy

Depuis les travaux de rénovation de la salle mythique, qui devait initialement être renommée “Bercy Arena”, exit le POPB (Palais Omnisports Paris Bercy). Mais il a beau être désormais nommé “Accor Hotels Arena”, ce temple du sport français restera à jamais “Bercy” dans nos cœurs. (Photo : Getty Images)

Le plus raccourci : le stade de Dallas

PHP, c’est un nom de langage informatique. Mais c’est aussi l’ancien diminutif donné à leur stade par les supporters des clubs de Dallas. Parce qu’avouez que Pizza Hut Park, ça fait vraiment bizarre. Heureusement pour eux, cette dénomination a été abandonnée en 2012, au profit de Toyota Stadium. (Photo : Twitter)

La plus exotique : le centre d’entraînement du PSG

Le Camp des Loges, c’était plutôt classe comme nom. Et bien, depuis septembre 2013, il faut parler du “Centre d’entraînement Ooredoo” du nom d’une entreprise de télécommunications basée au Qatar. (Photo : AFP)

Le plus low cost : la première division de handball

Mesdames et messieurs, sur cette photo, voici les deux plus grands joueurs de champ du handball du XXIe siècle : Nikola Karabatic et Mikkel Hansen. Et les deux hommes évoluent en… Lidl Star Ligue. Là, d’un coup, le prestige redescend… (Photo : Getty Images)

Le plus convivial : la Ligue 2

Pas de flammekueche pour ce Strasbourg-Ajaccio, la LFP ayant préféré devenir la “Domino’s Ligue 2”. Ceci dit, on pense tout de suite aux matchs de foot vécus confortablement installés avec une pizza et ça rappelle de bons souvenirs.

Le plus “lèse-majesté” : le Stade Vélodrome

Il est toujours compliqué de voir un monument de sport se retrouver dénaturé. Ainsi, on imagine la douleur des supporters de l’Olympique de Marseille, qui se rendent désormais à l’Orange Vélodrome. Au moins, le surnom du Vél’ survivra à ce naming. (Photo : AFP)

Le plus “Gutenberg” : la Ligue Magnus

À l’été 2016, le Championnat de France de hockey sur glace est devenu la Saxoprint Ligue Magnus, du nom d’une entreprise spécialisée dans l’imprimerie. On a vu plus passe-partout. (Photo : AFP)

Le plus alcoolisé : la Coupe d’Europe de rugby

Le “H Cup” sur les poteaux est en fait un diminutif de “Heineken Cup”, l’ancienne appellation de la Coupe d’Europe de rugby (jusqu’en 2014). Problème : ce nom ne passe pas en France à cause de la loi Évin et empêchera la tenue de la finale européenne en France pendant de nombreuses années. (Photo : AFP)

Le plus “double jeu” : le tournoi WTA de Québec

À droite de l’image, vous pouvez voir la jeune Française Océane Dodin, qui a remporté le tournoi de tennis de Québec. Elle soulève donc la “Coupe Banque Nationale présentée par Mazda”. Deux sponsors pour une compétition. On espère pour eux qu’un tel nom à rallonge est lucratif. (Photo : Twitter)

Le plus électoral : le stade de Bolton

OK, le Macron Stadium de Bolton est nommé ainsi suite à un partenariat avec l’équipementier Macron. Mais vous imagineriez Le Mans FC jouer à la Fillon Arena ou le Stade Brestois au Hamon Park ? (Photo : Getty Images)

Le plus "publicité mensongère" : le Parc OL

L’Olympique Lyonnais a décidé de donner un nouveau nom à son stade : le Groupama Stadium. Mais avec une telle dénomination, il va falloir que sa défense soit une assurance tous risques, ce qui n’a clairement pas été le cas en 2016-2017. (Photo : Reuters)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages