Tocards des surfaces : le top 10 des joueurs fâchés avec le but

Ils peuvent être excellents sur le pré, mais incapables de planter un pion. Comme l’a illustré mercredi Javier Mascherano, buteur avec le Barça pour la première fois en sept saisons, certains joueurs ont traversé leur carrière sans faire trembler – ou très peu – les filets. Petit tour d’horizon  de quelques-uns de ces joueurs en délicatesse avec le but adverse.

Jimmy Adjovi-Boco

Voilà un joueur que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, mais dont le nom fleure bon les années 1990 à l’oreille de leurs aînés. En plus de 300 matchs professionnels, dont 223 avec le RC Lens, le solide défenseur béninois n’a pas inscrit un seul but. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé : pour ce qui devait être l’un des derniers matchs de sa carrière – il rempilera finalement une année supplémentaire – ses partenaires sang et or lui firent cadeau d’un pénalty, en 1997. Las, sa fiche de stats restera désespérément vierge.

Eric Abidal

Près de seize ans de carrière professionnelle, des clubs prestigieux, une armoire à trophées à faire pâlir d’envie le gratin du foot mondial… Et pas un seul but. Certes, Abi était défenseur. Mais quand on a porté le maillot du Més à une époque où même les stadiers plantaient des pions, on peut quand même y aller de sa petite réalisation. Même un csc.

John Obi Mikel

Lui, c’est une énigme. En 249 matchs disputés avec Chelsea, le milieu nigérian a marqué… un seul et unique but. Certains objecteront qu’Obi-Wan n’a jamais été davantage qu’un éternel remplaçant, et que cela ne l’a pas empêché de collectionner les titres (11) et de faire le (sale) boulot lorsqu’il décollait du banc pour découper de l’attaquant un peu trop ambitieux. Tout ceci est vrai. Le fait qu’il n’ait marqué qu’une seule fois en dix ans de Premier League aussi.

Jérémy Toulalan

La Toul facture à ce jour 500 matchs en professionnels. Une carrière plus qu’honorable, passée à nettoyer tous les milieux de terrain de France et de Navarre. Reste que l’actuel pensionnaire des Girondins de Bordeaux est connu pour ne pas être particulièrement à l’aise à l’approche de la zone de vérité. Résultat : 5 buts inscrits en seize ans dans l’élite, soit un tous les 100 matchs. En même temps, on ne peut pas passer sa vie à éteindre des incendies dans sa moitié de terrain et aller ensuite mettre le feu dans la surface adverse.

Tony Hibbert

Tony n’est pas vraiment une célébrité de ce côté-ci de la Manche. Cependant, l’ancien défenseur jouit d’un certaine notoriété en Angleterre, où il a disputé près de 330 matchs avec son club formateur d’Everton, entre 2000 et 2016. Si son indéfectible attachement aux Toffees lui assure une belle cote d’amour du côté de Goodison Park, Hibbert est surtout connu en Premier League pour n’avoir jamais inscrit un seul but durant ses 15 ans de carrière. En fait si, il a marqué une fois… en amical.

Cyril Rool

Le seul homme pour lequel l’expression « tacle à la gorge » n’en est pas une ne possédait pas exactement un profil de goleador. En 368 matchs de championnat passés à distribuer semelles, coups de coudes et autres gestes fairplay, le latéral gauche n’a inscrit que quatre buts. Qu’importe, Cyril a su remplir sa feuille de stats à sa manière : avec 22 rouges et 156 jaunes récoltés en championnat de France, il est le recordman absolu du plus grand nombre de cartons reçus par un joueur dans l’élite hexagonale. Cahuzac est un enfant en bas âge à côté de lui.

Rio Mavuba

Même profil, même rendement. Rio, c’est un peu comme la Toul : un milieu tout terrain capable de ratisser l’Amazonie en 90 minutes, mais doté d’un sens du but inversement proportionnel à sa faculté pulmonaire. A dispositions similaires donc, feuille de stats identique ou presque. En 429 matchs de Ligue 1, l’infatigable – enfin, pas si l’on en croit Fred Antonetti – milieu récupérateur du LOSC a inscrit 6 buts. Cette fois, on vous laisse faire la division.

Lilian Thuram

On ne présente plus l’homme aux 146 sélections en équipe de France. Champion du monde, champion d’Europe, vainqueur de la C3… Le CV du défenseur français parle pour lui. Mais s’il est une chose avec laquelle notre Lilian national n’a jamais été vraiment à l’aise, c’est avec le dépassement de fonction. En 443 matchs, disputés successivement sous le maillot de Palerme, de la Juve et du Barça, Thuram n’a marqué qu’à deux reprises en douze ans. Soit autant de fois qu’en dix minutes face à la Croatie, un soir de l’été 1998. Quoi qu’on en dise, certains buts pèsent plus lourds que d’autres…

Sergio Busquets

Quand on apprend que Mascherano a mis fin à une série de 300 matchs sans marquer le moindre but, on est forcément tenté d’aller jeter un coup d’oeil aux performances de son wing man de l’entrejeu barcelonais. Et force est de constater que Sergio est plus à l’aise lorsqu’il s’agit de marcher sur Adrien Rabiot que quand il doit envoyer la gonfle dans les filets adverses. Avec six buts en 300 matchs de Liga, le milieu défensif catalan n’a pas exactement le profil d’un Pichichi.

Javier Mascherano

Le petit dernier de la bande, donc. Mercredi soir face à Osasuna, le milieu de terrain barcelonais a mis fin à une disette de près de dix ans, entamée bien avant qu’il n’enfile la liquette blaugrana. Son dernier but, le M. Propre du « Més que » l’avait en effet inscrit avec Liverpool, lors de la saison 2007-2008. Comme quoi, avoir la jambe qui tremble dans la surface de réparation n’empêche pas d’empiler les titres.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages